F1 - Règlement sportif: Ce qui change en 2017

F1 - Les nouveautés du règlement sportif 2017

A quelques jours du début de la saison 2017, Sport Auto fait le point sur toutes les nouveautés du règlement sportif, avec plusieurs ajustements.

Les gros changements de la saison 2017 sont dans le règlement technique, mais comme chaque année, des ajustements ont également été faits dans le règlement sportif.

- Le Guide de la saison 2017 est en kiosque !
- Règlement technique: ce qui change en 2017

Nouvelles pénalités autour des moteurs

Les pénalités sur les groupes propulseurs évoluent. Avec 20 courses cette année, il y aura quatre groupes propulseurs par pilote pour l'ensemble de la saison. Chaque dépassement du quota est pénalisé de la même manière qu'auparavant : le premier des six éléments dans un cinquième exemplaire entraîne une pénalité de 10 places, et la sanction est de cinq places pour les autres. Le même principe s'applique pour les exemplaires supplémentaires.

Un changement a été fait pour éviter que des pilotes utilisent de nombreux éléments neufs sur une seule course, afin de cumuler les pénalités sur cette seule épreuve. Désormais, si un pilote utilise plusieurs exemplaires neuf d'un élément sur un Grand Prix, seul le dernier entraînera directement une pénalité. Le pilote recevra une ou plusieurs pénalité(s) supplémentaire(s) sur les épreuves suivantes, quand il utilisera le ou les autre(s) exemplaire(s) lancés. Concrètement, les équipes ne lanceront plus plusieurs exemplaires dans la même course, puisqu'elles n'y auront aucun intérêt, sauf si des soucis de fiabilité l'y contraigne.

Pour aller plus loin : Les pénalités revues pour les moteurs

Des départs arrêtés en cas de pluie

Lorsque la piste est trop humide pour qu'un départ arrêté soit possible, la course débute derrière la voiture de sécurité. Désormais, à la fin de cette intervention de la voiture de sécurité, et uniquement celle là, les pilotes prendront place sur la grille pour un départ arrêté.

Cette mesure ne concerne que le tout début de la course. Après une intervention de la voiture de sécurité pendant l'épreuve, un restart classique sera toujours effectué.

Pour aller plus loin : Les départs arrêtés en cas de pluie expliqués

Plus de contrôle pour le pilote au départ

Des changements ont encore été faits pour donner plus de contrôle au pilote sur les départs. L'an dernier, il était d'abord interdit de recevoir les consignes des ingénieurs par radio, une mesure abandonnée en cours d'année, et les pilotes n'avaient plus qu'une palette pour gérer l'embrayage.

Désormais, il est interdit d'avoir des réglages permettant à la majeure partie du mouvement sur la palette d'embrayage d'atteindre le point de contact. Concrètement, cela obligera le pilote à trouver ce point de contact lui-même. Le mouvement de l'embrayage est limité à 80mm et il doit être à 50mm de toute autre pièce dans le baquet, ce qui empêche d'avoir des points de repère.

Les nouveautés de 2016 restent

D'autres mesures, imposées par des directives l'an dernier et qui ne sont pas formellement imposées par le règlement, restent en vigueur.

En cas de double drapeau jaune, un pilote devra désormais abandonner son tour rapide en qualifications. Une décision prise après la polémique sur la pole de Nico Rosberg à Budapest l'an dernier, et en vigueur depuis Singapour.

Depuis Austin, il est également interdit de se décaler au freinage pour se défendre, et de forcer ainsi un rival à faire une manoeuvre d'évitement.

Pour aller plus loin : La règle du double drapeau jaune évolue et Se décaler au freinage est désormais interdit

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez