Publié le 24/04/2017 à 14:40

IndyCar - Alonso aborde Indianapolis avec humilité

IndyCar - Alonso a énormément à apprendre à Indianapolis

Fernando Alonso sait qu'il a énormément à apprendre en peu de temps avant les 500 miles d'Indianapolis. Il fera ses premiers essais début mai.

Fernando Alonso a eu un premier contact avec l'IndyCar ce week-end. L'Espagnol, qui disputera les prochaines 500 miles d'Indianapolis avec McLaren, Andretti et Honda, a assisté à la course de Barber, remportée par Josef Newgarden. Il en a profité pour répondre aux questions des journalistes dans une conférence de presse.

Alonso ne connaît que l'infield d'Indianapolis, utilisé par la F1 par le passé. Il n'a jamais roulé sur ovale, il n'a pas encore fait d'essai dans la monoplace et il n'a qu'une expérience dans un simulateur en Italie. Pourra-t-il être dans le rythme ?

« Ca dépend de ce qu'on appelle rythme, » a déclaré Alonso avec humour. « Il me faudra de l'aide pour être performant. Je suis très ouvert, je sais que c'est un championnat totalement différent, que les voitures sont totalement différentes, et que les superspeedways nécessitent une technique de pilotage et des sensations totalement différentes, et que je n'ai pas encore. »

Alonso sait qu'il aura du mal à acquérir toutes les subtilités du pilotage sur ovale pour avant la course : « Apprendre ces choses nécessiterait deux ans, » estime-t-il. « Les apprendre avec de l'aide prendrait six mois. Mais j'ai deux semaines. Il faudra que je sois beaucoup aidé. »

Alonso a tout à apprendre

Ce lundi, Fernando Alonso est à l'usine d'Andretti pour mouler son baquet et faire des essais dans le simulateur. Il va ensuite partir pour Sotchi puis revenir aux Etats-Unis, pour ses premiers essais à Indianapolis, le 3 mai. Il devra vite prendre ses marques avant le Grand Prix d'Espagne, et son retour à Indianapolis, pour les essais officiels, les qualifications et la course. Il aura peu de temps pour appréhender sa monoplace.

« Les réglages sont extrêmement importants, parce que la différence se fait au millième, » souligne Alonso. « Bien régler la voiture pour les différentes parties de la course, avec les sens du vent différents et les quantités de carburant dans la voiture, la dégradation des pneus, il y a beaucoup d'éléments pour faire de petits ajustements, dont je n'ai aucune idée. »

En plus de ses équipiers, Ryan Hunter-Reay, Marco Andretti, Alexander Rossi et Takuma Sato, Fernando Alonso pourra peut-être compter sur les conseils de nombreux pilotes qu'il a connus en F1. Sébastien Bourdais et Max Chilton seront au départ, en plus de Max Chilton et Alexander Rossi, vainqueur de l'épreuve l'an dernier. Fernando Alonso retrouvera aussi Juan-Pablo Montoya, qui a fait ses débuts en F1 la même année que lui, en 2001. Alonso attend-il un nouveau duel avec Montoya ?

« Je ne sais pas s'il sera à l'avant, » s'est amusé Alonso, provoquant les rires de la salle. Montoya, vainqueur de la course à deux reprises, ne disputera que deux manches cette année, la course routière d'Indianapolis puis les 500 miles. Il pense qu'Alonso a tout ce qu'il faut pour prendre ses marques dans les temps.

« Le plus gros défi, tout d'abord, sera qu'il n'a jamais fait de course aussi longue, et le trafic, » explique-t-il. « Il devra apprendre et comprendre le trafic. Je pense que s'il est assez patient et qu'il apprend durant sa semaine, ça ira. c'est un très bon pilote. Il a des équipiers vraiment bons. Des gens ont été bons à Indianapolis par le passé. Il n'y a pas de raison pour qu'il ne soit pas bon. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

mardi 25 avril 2017 à 07:59 Speed dit : Oui c'est clair si il fini en top 10 c'est déjà un exploit.👍

lundi 24 avril 2017 à 23:17 chuk dit : gros challenge pour alonso

lundi 24 avril 2017 à 16:23 INVEST dit : ouais ouais un petit duel avec Juan Pablo, attention Fernando ils sont fous la bas c'est pas la F1 Les commissaires laisse les pilotes jouer les camikazes , allez on garde confiance pour un petit top 10

lundi 24 avril 2017 à 15:55 chevalier dit : j'i crois forza Alonso