Publié le 05/05/2017 à 10:20

F1 - Carey sera plus ouvert qu'Ecclestone

F1 - Carey pense plus au marketing et au long terme qu'Ecclestone

Chase Carey pense que Bernie Ecclestone ne faisait plus le nécessaire pour assurer la promotion de la F1. Son successeur veut essayer des idées.

Liberty Media souhaite expérimenter de nouvelles voies pour la communication autour de la Formule 1. Le nouveau détenteur des droits commerciaux a commencé a publier des vidéos de la saison en cours sur les réseaux sociaux et YouTube. Une grande nouveauté puisque jusque là, ce contenu n'était géré que par les diffuseurs dans chaque pays. Liberty a aussi permis aux équipes de réaliser des vidéos pendant les essais privés avant le début de la saison.

Cette plus grande ouverture dans la communication ne doit rien au hasard. Chase Carey, le nouveau Président et directeur exécutif de la F1, estime que le championnat n'exploite pas son plein potentiel. Et il estime que Bernie Ecclestone, son prédécesseur, refusait trop d'idées.

« Je veux dire "oui" beaucoup plus, » a expliqué Carey dans une interview avec Press Association. « Quelle est la valeur d'une idée si la réponse à tout ce qu'on veut essayer est "non" ? Ca ne génère que de la frustration. Il y a des domaines dans lesquels les choses devaient être faites. Nous sentons que c'est un championnat qui n'a pas exploité tout son potentiel depuis cinq ou six ans, où qui n'a pas profité de ce qu'il avait. »

« Nous faisons tous des erreurs et personne n'est parfait. Bernie a pris en main une entreprise il y a des décennies et il l'a vendue huit milliards de dollars. Il mérite tout le crédit du monde pour ce qu'il a fait. Mais dans le monde actuel, il faut du marketing autour d'un championnat. Nous ne faisions pas de marketing sur le championnat. »

Penser à plus long terme

Ross Brawn, nommé directeur sportif par Liberty Media, a souvent exprimé sa volonté de mettre en place un plan sur cinq ans, avec des objectifs précis. Bernie Ecclestone imposait parfois des décisions dans l'instant, et Liberty juge cette approche néfaste.

« Nous avons été très clairs sur le fait qu'une des choses qui n'a pas bien servi le championnat a été sa vision à court terme en permanence, et sur ce qu'il fallait faire la semaine suivante, » explique Chase Carey. « Nous nous préoccupons plus de ce que sera le championnat dans trois ans que dans trois mois. Bernie était toujours très focalisé sur le court terme, et nous nous concentrons sur la construction d'une valeur à long terme. »

Les processus de décision sont aussi remis en cause par Liberty Media. Les équipes ont un grand pouvoir à travers le groupe stratégique, ce qui peut mener à des changements incessants. L'an dernier, le format de qualifications a été modifié, avant de revenir à l'ancien système deux courses plus tard. Les radios ont été de plus en plus limitées avant d'être à nouveau autorisées. Carey estime que la F1 ne prend pas assez en compte les conséquences des décisions.

« Par exemple, la motorisation actuelle a fini par être trop compliquée, trop coûteuse, et nous avons perdu une partie du son qui ajoutait à la dimension mystique du championnat, » déplore Carey.

Malgré sa volonté, Liberty Media pourrait se retrouver confrontée au pouvoir de la FIA, responsable des règlements. Le nouvel actionnaire devra influer un nouveau mode de gouvernance, mais il ne peut pas l'imposer seul.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

samedi 06 mai 2017 à 20:09 emile dit : bidon bidon il faut pas se vexer

vendredi 05 mai 2017 à 16:35 Speed dit : C'est clair que si il fallait mettre un cancre dans une F1 tu serais le premier sur la liste!😂

vendredi 05 mai 2017 à 16:32 Speed dit : Tiens le blaireau est retour

vendredi 05 mai 2017 à 13:51 emile dit : espèce de mulet tu veux pas mettre une éolienne au colza tant que tu y es

vendredi 05 mai 2017 à 12:31 Speed dit : Cela permettrait peut-être de revenir à l'atmosphérique tout en trouvant un système qui permettrait de moins pollué ou de mettre en place un moyen de faire tourner les moteurs à l'hydrogène mais cela reste des propositions "utopiques" pour l'instant.