Publié le 06/05/2017 à 18:22

F1 - Quota de moteurs : Où en sont les pilotes ?

F1 - Le point sur les groupes propulseurs déjà utilisés

Sport Auto fait le point sur les exemplaires des éléments des groupes propulseurs utilisés par les pilotes. Certains pilotes se rapprochent de pénalités.

La gestion des groupes propulseurs est encore plus compliquée pour les équipes cette année. Chaque pilote n'a droit qu'à quatre groupes propulseurs pour la saison, un de moins que l'an dernier. Ce n'est pas le règlement qui a changé, mais le nombre de courses : 20 Grands Prix sont au programme, contre 21 l'an dernier, et ce n'est que quand le calendrier dépasse 20 courses que les pilotes ont droit à un cinquième groupe propulseur.

Chaque groupe propulseur doit disputer en moyenne cinq week-ends de Grands Prix, contre 4,2 l'an dernier. Le moindre problème coûte encore plus cher, et aucune équipe n'est épargnée. L'an dernier, tant Mercedes, le motoriste dominateur depuis le lancement de cette règlementation, que Honda, en difficulté depuis ses débuts en 2015, ont eu leur lot de pénalités.

Sport Auto vous propose de faire le point, pilote par pilote, sur les moteurs déjà utilisés depuis le début de la saison. Des chiffres à prendre avec mesure puisqu'un ancien groupe propulseur peut encore être utilisé. Un pilote avec plus de moteurs n'est donc pas forcément plus proche d'une pénalité. Chaque équipe peut gérer son parc de moteurs comme elle le souhaite.

Les pilotes dans les temps de passage

Pour plus de la moitié du plateau, aucune inquiétude particulière à remarquer. Ces 13 pilotes ont utilisé un ou deux exemplaires de chacun des éléments du groupe propulseur :

Lewis Hamilton: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Valtteri Bottas: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Daniel Ricciardo: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Max Verstappen: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Sergio Perez: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Esteban Ocon: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 2 batteries et 1 système électronique
Felipe Massa: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 2 batteries et 1 système électronique
Lance Stroll: 1 moteur, 1 turbo, 1 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Kevin Magnussen: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 2 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Nico Hülkenberg: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 2 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Jolyon Palmer: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Marcus Ericsson: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Pascal Wehrlein: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques

Les pilotes avec déjà trois exemplaires d'un élément

Six pilotes ont déjà entamé les trois quarts de leur quota, avec trois exemplaires d'un élément, et de deux éléments pour Fernando Alonso. Ils ne pourront donc plus en lancer qu'un seul nouveau avant la fin de la saison. Pour les pilotes Ferrari et Romain Grosjean, ce troisième élément semble être lié au cycle d'introduction des nouveautés, mais chez Toro Rosso, les pilotes ont eu des problèmes techniques depuis le début de la saison :

Sebastian Vettel: 1 moteur, 3 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Kimi Räikkönen: 2 moteurs, 3 turbos, 2 MGU-H, 1 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Fernando Alonso: 2 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 2 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Daniil Kvyat: 2 moteurs, 2 turbos, 3 MGU-H, 1 MGU-K, 1 batterie et 1 système électronique
Carlos Sainz: 2 moteurs, 2 turbos, 2 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Romain Grosjean: 2 moteurs, 3 turbos, 2 MGU-H, 2 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques

Le pilote déjà pénalisé

Un seul pilote déjà dépassé le quota d'éléments du groupe propulseur pour toute la saison, alors que seulement 20% des Grand Prix ont été disputés, Stoffel Vandoorne. Il a payé les problèmes de Honda et même un problème indirect. A Sotchi, il a eu un souci de MGU-K dans la première séance. Honda a décidé de remplacer tout le groupe propulseur, ce qui a obligé à utiliser un cinquième MGU-H et un cinquième turbo :

Stoffel Vandoorne: 2 moteurs, 5 turbos, 5 MGU-H, 2 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques

Les pénalités ont légèrement évolué

Le règlement sur les pénalités a évolué cette année. Le principe général reste le même. Le premier élément dans un cinquième exemplaire provoque une pénalité de 10 places, et les autres des pénalités de cinq places. Le même principe est appliqué pour les exemplaires supplémentaires : 10 places pour le premier, cinq pour les autres.

Le changement de règlement est dans l'impossibilité de cumuler les pénalités sur une seule course, ce que Lewis Hamilton a fait à Spa l'an dernier, et McLaren sur plusieurs courses. Désormais, seul le dernier exemplaire monté entraîne une pénalité. Ce n'est que quand les autres seront utilisés dans un Grand Prix suivant qu'ils déclencheront une pénalité.

Ainsi, une équipe peut toujours lancer plusieurs exemplaires d'un même élément durant un même week-end, mais elle n'a plus aucun intérêt à le faire puisqu'il y aura des pénalités sur autant de courses qu'il y a de nouveaux exemplaires.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

dimanche 07 mai 2017 à 19:45 Matthieu*langlade dit : tant qu'ils​ nous emm erd erons avec toutes ces pénalités il n'y aura plus de spectacle

samedi 06 mai 2017 à 19:59 ntm dit : F D P de la fia avec leurs quotas de mer de