24H du Mans - Victoire « irréelle » pour Porsche

24H du Mans - Les pilotes de la Porsche N°2 ne réalisent pas

Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley ont du mal à réaliser qu'ils ont remporté les 24 Heures du Mans, malgré un gros problème technique samedi.

Samedi soir, après six heures de course, la Porsche N°2 n'était que 55ème du classement général, à 18 tours. Timo Bernhard, Earl Bamber et Neel Jani n'avaient plus de réel espoir de victoire après un problème de transmission à l'avant et des réparations pendant une heure. Et pourtant...

Les problèmes pour toutes les autres LMP1, les trois Toyota et la seconde Porsche, ont relancé la N°2. L'ORECA-Gibson Jackie Chan DC N°38 (Tung/Laurent/Jarvis) s'est retrouvée en tête. La Porsche, beaucoup plus rapide, a fini par revenir sur elle. Timo Bernhard a doublé Ho-Pin Tung a une heure seulement de l'arrivée. Earl Bamber n'imaginait pas un tel dénouement.

« Je n'arrive pas à croire que nous avons réussi à faire ça après avoir été en fond de classement après une heure dans les stands, » souligne le Néo-Zélandais, déjà vainqueur avec Porsche il y a deux ans, pour sa seule autre apparition en LMP1. « Brendon et Timo font partie du programme Porsche LMP depuis le début, et cette victoire est en grande partie due aux mecs dans les stands. Sans leur énorme travail, nous n'aurions pas pu reprendre la piste, donc je leur dédie cette victoire. »

Brendon Hartley, vainqueur pour la première fois, n'a jamais cessé d'y croire : « Les 24 Heures du Mans sont une course folle, » estime l'ancien membre du Red Bull Junior Team. « Les mécaniciens ont fait un travail incroyable samedi soir, pour réparer la voiture très rapidement et depuis cet moment là, Timo, Earl et moi, avec nos ingénieurs, nous avons tout donné, 100% à chaque seconde, et nous avons espéré désespérément que nos efforts finiraient par payer. »

Timo Bernhard avait de son côté déjà remporté l'épreuve, mais en 2010, avec Audi. Ce succès avec Porsche, qui le soutient depuis près de 20 ans, est particulier pour lui : « C'est irréel, » reconnaît-t-il. « Quand j'ai rejoint Porsche comme pilote junior en 1999, j'ai prudemment nourri le rêve d'avoir peut-être, un jour, la chance de me battre pour la victoire au général au Mans. J'espérais être assez bon pour y parvenir. Maintenant, 18 ans plus tard, nous y sommes arrivés ensemble. Le dernier tour a été très émouvant pour moi. Il me faudra un peu de temps pour réaliser ce qu'il s'est passé. »

Une victoire particulière pour Porsche

Cette victoire permet à Porsche de continuer à écrire sa légende. Après l'abandon de la Toyota N°7 (Conway/Kobayashi/Sarrazin), la Porsche N°1 (Jani/Lotterer/Tandy) a longtemps mené et la victoire lui semblait promise. Son abandon, à cause d'un problème de pression d'huile, a relancé la course. Avec le succès de la N°2, Porsche décroche son 19ème succès, le troisième consécutif.

« C'est dur de trouver les mots pour ce qu'il s'est passé, » indique Andreas Seidl, le patron de l'équipe. « Les pilotes et toute l'équipe ont fait un travail incroyable. Au cours des deux dernières semaines, il y a eu des hauts et des bas, mais nous nous sommes battus avec l'esprit typique de Porsche. »

« Il faudra du temps pour réaliser ce que nous avons réussi aujourd'hui. Nous venons de remporter les 24 Heures du Mans pour la troisième fois consécutive, c'est tout simplement sensationnel. »

« L'équipe a travaillé sans relâche au cours des 12 derniers mois. Toyota a été un très sérieux concurrent. Ils nous ont poussés dans nos retranchements, et au delà, et nous en avons tous les deux payé le prix. »

« C'est triste que Neel Jani, André Lotterer et Nick Tandy aient abandonné parce qu'ils ont longtemps contrôlé la course. Mais Earl Bamber, Brendon Hartley et surtout Timo Bernhard méritaient de gagner. Timo est pilote de développement depuis les touts débuts du programme. Après de longues réparations, les trois ont continué à se battre et ils ont fini par être récompensés. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

lundi 19 juin 2017 à 18:47 Bernard 17 dit : Ben oui il faut même les aider et puis ils pourraient aussi acheter le circuit comme l'aéroport de Blagnac par exemple...

lundi 19 juin 2017 à 15:12 Jeff Pagani dit : Pilotes chinois, team manager chinois, entrepreneurs chinois, mécanos chinois, ingénieurs chinois... Bref projet et équipe chinoise !!! Pour la voiture il n'y a qu'a voir la Vulcano ou la Nio...

lundi 19 juin 2017 à 15:12 Jeff Pagani dit : Pilotes chinois, team manager chinois, entrepreneurs chinois, mécanos chinois, ingénieurs chinois... Bref projet et équipe chinoise !!! Pour la voiture il n'y a qu'a voir la Vulcano ou la Nio...

lundi 19 juin 2017 à 07:58 néo dit : la Jackie chan racing est une alpine rebadgé

dimanche 18 juin 2017 à 20:24 Jeff Pagani dit : Vraiment les meilleurs les chinois... Quand ils arriveront en LMP1, ils mettront les européens sur la touche ! Niveau constructeur ET pilote !