F1 - Des aménagements sur le Paul Ricard

F1 - Le Paul Ricard évolue pour accueillir la Formule 1

Des aménagements sont en cours sur le circuit Paul Ricard, pour qu'il puisse accueillie la Formule 1 dans les meilleures conditions en 2018.

La date du Grand Prix de France 2018 a été fixée au 24 juin dans le calendrier provisoire publié par le Conseil Mondial de la FIA. Le Paul Ricard poursuit sa mue pour être prêt dans les temps. Christian Estrosi, président délégué de la région PACA et président du Groupement d'Intérêt Public en charge de l'organisation de l'épreuve, dresse plusieurs étapes à réaliser. 

« Nous en avons déjà franchi de nombreuses avec notre directeur général Gilles Dufeigneux, avec nos équipes qui aujourd'hui sont totalement opérationnelles et travaillent tous les jours d'arrache-pied en relation avec la FOM, en relation avec la direction du circuit Paul Ricard et notamment de Stéphane Clair, » a précisé Christian Estrosi sur INFOSPORT+. « Nous avons une visite de la FIA sur le circuit qui est venue constater que nous disposions là d'un des circuits européens les plus sûrs, les plus performants, les plus compétitifs avec sa dimension sportive. »

Le circuit va légèrement évoluer, pour être en mesure d'accueillir la Formule 1 et 70 000 spectateurs : « Avec quelques petits aménagements qui seront faits pour rendre plus attractive la compétition avec des espaces de dépassement et en même temps nous travaillons bien évidemment à toutes les conditions d'accueil, à l'organisation que nous voulons proposer pour que nos partenaires institutionnels, les collectivités qui sont parties prenantes autour de la collectivité régionale (...) mais aussi à nos futurs annonceurs de pouvoir accueillir leurs invités et surtout de pouvoir faire de cet évènement un évènement extrêmement populaire avec ce qui ira autour à la fois sur le plan sportif, social, de l'éducation et culturel, » précise Estrosi.

Une fierté et beaucoup d'émotions

Ces derniers mois, Christian Estrosi s'est beaucoup impliqué dans l'organisation du Grand Prix de France, dont le contrat porte sur cinq saisons. Il est heureux que la France ait à nouveau une course au calendrier.

« Je crois que des dizaines de millions de passionnés de l'automobile dans le monde ne pouvaient pas comprendre que la France, pays fondateur de l'industrie automobile (...) ne soit plus organisateur de l'une des épreuves de championnat du monde, les plus passionnantes, les plus regardées, les plus appréciées. (...) » estime Christian Estrosi. « C'est une fierté. »

« Je pense à cet instant où le départ sera donné, où résonnera La Marseillaise, pour que de nouveau, dix ans après que Magny-Cours ait perdu le grand Prix de France, ce soit sur cette terre au bord de la méditerranée, au circuit Paul Ricard où la dernière grande course était disputée en 1990, remportée par Alain Prost. Oui ce sera beaucoup d'émotions. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mercredi 21 juin 2017 à 11:31 luc-2-3 dit : Ce sont surtout les environs du circuit et ses accès qui doivent impérativement être très grandement modifiés.