Publié le 28/06/2017 à 11:05

F1 - La presse britannique se déchaîne sur Vettel

F1 - Vettel cible de la presse britannique

La presse anglaise multiplie les critiques contre Sebastian Vettel après son contact avec Lewis Hamilton à Bakou. Tour d'horizon de la presse européenne.

La presse britannique a choisi son camp. Les contacts entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel à Bakou (vidéo) sont l'occasion idéale pour les tabloïds de se déchaîner. Leur cible est Sebastian Vettel, à qui ils reprochent le coup de roues contre Lewis Hamilton. Le Daily Mail a été l'un des plus virulents.

Lundi, dans un article intitulé « Honteux », Jonathan McEvoy reproche aux commissaires de ne pas avoir pris une sanction assez lourde contre le quadruple champion du monde.

« Il a fait de sa Ferrari un bélier pour donner un coup de volant vers Hamilton, » peut-on lire dans l’article. « Les commissaires ont été lâches en donnant un stop and go de 10 secondes, une pénalité ridicule alors que le monde entier regardait. Il aurait dû recevoir un drapeau noir, c’est à dire une disqualification, au lieu d'avoir la possibilité d’augmenter son avance au championnat en finissant deux dixièmes devant Hamilton, cinquième à l’arrivée. »

« Au nom de la sécurité pour les autres pilotes, un homme hors de contrôle n’aurait pas dû avoir le droit de continuer (la course). »

- La manoeuvre de Vettel était-elle voulue ?

Il prend aussi la défense de Lewis Hamilton, qui selon lui n'a pas trop ralenti avant le premier contact : « Hamilton, en tant que leader, a totalement le droit de se comporter comme il l’a fait derrière la voiture de sécurité, la laisser s’échapper, » précise-t-il. « C’est au deuxième de ne pas percuter le leader, contrairement à ce qu’il a fait, et qui a provoqué la colère qui l'a mené (...) à percuter Hamilton. »

- Selon la FIA, Hamilton n'a pas ralenti

Dans The Sun, un autre tabloïd, Ben Hunt s'en prend aussi à Sebastian Vettel : « Oubliez la Formule 1, c’était plus Les Fous du Volant, avec Sebastian Vettel dans le rôle de Satanas, » estime-t-il.

Le Daily Mirror attend que Vettel fasse amende honorable : « Vettel est sous pression pour présenter des excuses à Hamilton et à la Formule 1 alors que comportement a jeté l’opprobre sur le championnat, » estime Kye Newton.

Des critiques dans d'autres pays

La presse anglaise n'est pas la seule à s'attaquer à Sebastian Vettel. En Espagne, dans Marca, l'incident est comparé au contact entre Michael Schumacher et Jacques Villeneuve à Jerez en 1997. Schumacher avait été exclu du championnat pour avoir percuté son rival pour le titre. Concernant Vettel, le quotidien sportif espagnol parle d’une « agression absurde » et d’une « réaction puérile ».

Le Daily Mail rapproche de son côté l'attitude de Sebastian Vettel à au le drapeau jaune provoqué par Michael Schumacher en qualifications à Monaco en 2006, pour empêcher Fernando Alonso de le battre.

Le Times, plus posé, estime que « toute idée d’une amitié entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel qui pouvait exister avant ce week-end a été totalement abandonnée en Azerbaïdjan. » Le Guardian, un quotidien également sérieux, remarque aussi les tensions entre les deux hommes : « Une relation qui était jusque là définie par un respect mutuel et la cordialité s’est vite détériorée, » estime Giles Richards.

En Suisse, le Bild voit aussi Vettel responsable : « En football, l’attitude de Vettel aurait été sanctionnée d'un carton rouge indiscutable, » peut-on lire dans le tabloïd suisse. « Dommage que ce qui était une belle bagarre entre deux super-stars soit maintenant gâchée par des paroles. »

Sebastian Vettel ne peut pas réellement compter sur la presse allemande. Le Bild, un tabloïd, évoque une « manoeuvre à la rambo, » sous la plume de Lennart Wermke. Dans le très sérieux Der Spiegel, Marcus Krämer estime que Vettel s’est « laissé aller à un geste stupide. »

Hamilton a su faire craquer Vettel

C'est en Italie, le pays de Ferrari, que Sebastian Vettel trouve un soutien. Umberto Zapelloni estime que l'Allemand a surtout craqué face à une provocation de Lewis Hamilton, ce qui lui rappelle le coup de boule de Zinédine Zidane face à Marco Materazzi en 2006.

« Vous vous rappelez de Materazzi et Zidane ? » questionne-t-il dans le quotidien sportif. « Le match de football qui me revient à l’esprit est la finale de la Coupe du Monde 2006. Materazzi provoque, Zidane réagit avec son fameux coup de boule. Game over pour Zizou... » Il estime cependant « qu’un soupçon de malice est l’ingrédient de toute rivalité. »

« Hamilton a fait bien pire que Materazzi. Il a freiné brutalement derrière une voiture de sécurité, ce qui a obligé Vettel à le tamponner. »

Mais le Corriere dello Sport estime que Sebastian Vettel a « perdu la tête comme un adolescent. » Tuttosport pense de son côté que Vettel a « perdu ses nerfs. »

Dans L'Equipe, Frédéric Ferret retient une attitude « diabolique » de Lewis Hamilton pour « pousser à bout » Sebastian Vettel : « Vettel aura beau dire que Hamilton a fauté, le rusé Anglais n'a fait que le provoquer, » écrit-il, rappelant que Hamilton a eu la même attitude à chaque restart : « Lors de la précédente sortie de la voiture de sécurité, Vettel avait déjà failli percuter la Mercedes de son rival. Lors du nouveau restart, Hamilton n'a fait que répéter sa manoeuvre, vicieuse ou habile, mais tolérée par les règles. Vettel a craqué et s'en est pris d'un coup de roue à son advedrsaire. Lui offrant le beau rôle de la victime. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)11

jeudi 29 juin 2017 à 15:02 Mikawelll dit : Trop de bruit pour rien. Il a eu une pénalité point. Ceux qui s'offusquent au nom de la sécurité me font rire. C'était à basse vitesse. Le geste n'est pas noble mais Vettel est humain. Les coups de sang arrivent. Dois je rappeler ce qu'a fait Senna à Suzuka ? Bref. Il faut arrêter. Pour une fois que la F1 redevient intéressante à suivre.

jeudi 29 juin 2017 à 12:44 Jeff Pagani dit : Vettel est mauvais point. Pas au niveau du pilotage (quoique) mais juste un enfant gâté sans mérite qui n'a aucun sang froid, aucune jujote et pas le minimum de respect necessaire a ce niveau de competition !

jeudi 29 juin 2017 à 10:51 pantiri dit : rigel , comment sanctionner quelqu'un pour un acte permis par les règles ? ca n'a pas de sens.. C'est vicieux mais permis.. En plus les data montre que Lewis l'a bien fait.. Je pense, j'espère, que Lewis se retrouvera derriere Vettel au cours de la saison.. Vettel pourra se venger!!!!

jeudi 29 juin 2017 à 10:49 pantiri dit : rigel , comment sanctionner quelqu'un pour un acte permis par les règles ? ca n'a pas de sens.. C'est vicieux mais permis.. En plus les data montre que Lewis l'a bien fait.. Je pense, j'espère, que Lewis se retrouvera derriere Vettel au cours de la saison.. Vettel pourra se venger!!!!

jeudi 29 juin 2017 à 10:41 rigel dit : bien entendu qu'il y a provocation de la part d'hamilton ! vettel n'aurait pas dû réagir de manière aussi impulsive, mais si il y a sanction pour l'un, on doit sanctionner l'autre aussi !! quant aux tabloïds anglais, on sait ce qu'ils valent depuis bien longtemps...

jeudi 29 juin 2017 à 08:42 jpo dit : Lobbying est un mot anglais

mercredi 28 juin 2017 à 19:04 pfff dit : Je dis pas mais vettel cartonne volontairement ham alors que la course est neutralisée! Pas en dépassant dans des conditions difficiles ! Rien à voir avec les autres. Il a dégoupillé

mercredi 28 juin 2017 à 19:02 bimbamboum dit : Et Ocon qui pousse son équipier contre le mur !

mercredi 28 juin 2017 à 16:38 rexounet dit : Et freiner en plein virage comme la fait Hamilton et dangereux tout comme la manoeuvre de bottas d'avoir volontairement envoyer Raikkonen dans le mur Hamilton aurai du avoir 2 pénalité une pour conduite dangereuse et une autre pour avoir couper la ligne blanche à la sortie des stand!!

mercredi 28 juin 2017 à 12:41 pfff@eee.com dit : Franchement la manœuvre de vettel mérite une exclusion du grand prix. C'est volontaire idiot et dangereux, va rouler à 300 avec une auto percutée même à basse vitesse... Ce sont des professionnels, on est pas au karting du dimanche

mercredi 28 juin 2017 à 11:53 avocado dit : Incroyable la tournure que prend une simple querelle de sportif bientôt c'est une affaire d'état peut-être bien que le consul d' Allemagne va être rappelé à l'ordre par Mme May.