Publié le 29/06/2017 à 15:01

F1 - La Formule 1 prête pour le virage digital

F1 - La Formule 1 se prépare pour le virage digital

La Formule 1 prépare de nouveaux outils pour suivre les courses, pour les spectateurs en tribunes et pour les supporters qui ne sont pas sur place.

Liberty Media, propriétaire des droits commerciaux de la Formule 1 depuis le début de l'année, souhaite toucher les supporters avec de nouveaux outils. Le championnat est de plus en plus actif sur internet, avec des vidéos régulièrement publiées sur les réseaux sociaux. Jusqu'à l'an dernier, la F1 ne publiait pas des images de la saison en cours sur Twitter et Facebook.

Cette stratégie va se poursuivre. Des offres payantes devraient être lancées, pour exploiter les nombreuses images tournées chaque week-end. Sur le plan de la technique, il n'y a plus de réel obstacle.

« Même si la Formule 1 est critiquée pour son retour dans le digital, beaucoup de choses ont été faites, » a déclaré Mehul Kapadia, responsable des activités en F1 de Tata Communications, le partenaire technique du championnat pour la connectivité, à Reuters. « Les discussions dépassent le "Faisons-le". »

Quatre types de publics ont été définis : les supporters présents sur les circuits, ceux qui suivent les courses chez eux, ceux qui la suivent en différé, et le jeune public, moins captif : « Ils n'ont pas 90 minutes à consacrer à quoi que ce soit, à part les examens qu'ils sont obligés de passer, » précise Kapadia. « Une grande partie d'entre eux ne regarde même plus de films. »

Chacun de ces groupes devrait bénéficier d'évolutions spécifiques. A Montréal, un système de wifi gratuit a été installé. Pour le public qui n'est pas présent sur place, des offres permettant d'accéder à de nombreuses images qui ne sont pas diffusées en direct devraient être commercialisées.

Les changements devraient vite arriver

Des nouveautés devraient arriver assez rapidement. La F1 étudie plusieurs solutions qui pourraient voir le jour pour la saison 2018.

« J'aimerais que des choses se fassent d'ici un an, pour que les gens commencent à voir les changements, » indique Mehul Kapadia. « Tout ne se concrétisera pas, mais voir des choses arriver donnera aux gens une confiance dans la trajectoire prise. »

Kapadia espère « connecter littéralement » les supporters en tribune au spectacle en piste, à travers de nouveaux outils. Pour les supporters présents chez eux, le but est aussi d'offrir du contenu en permanence, et pas uniquement pendant les week-ends de course.

« Nous avons des choses incroyables qui sont possibles, des images incroyables, l'expérience des pilotes en piste, » souligne Kapadia. Les images des caméras embarquées mais aussi de nouvelles technologies, comme des caméras à 360° pour suivre les courses avec des casques de réalité virtuelle, pourraient ainsi être exploitées.

Les freins à ces changements ne sont plus techniques, mais commerciaux. Les diffuseurs sont souvent maîtres des droits dans leur pays, et il faudra renégocier les contrats pour permettre de commercialiser de nouvelles offres.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

jeudi 29 juin 2017 à 19:00 MB1 dit : @Mikawelll: Le genre d'offre serait géniale mais je pense que c'est plus compliqué par la F1 est plus internationale. La NBA a de gros contrats aux Etats-Unis et des plus petits ailleurs, ça facilite les négociations avec les diffuseurs. Je suppose qu'une chaîne de télé acceptera pas de payer autant si elle a une offre qui vient la concurrencer.

jeudi 29 juin 2017 à 15:16 Mikawelll dit : A quand un système de pass comme pour la NBA ? Comme ça plus besoin de Chaînes de TV pour la diffusion...