Publié le 23/07/2017 à 15:15

F1 - Ross Brawn étudie un calendrier à 25 courses

F1 - Ross Brawn prêt pour un calendrier à 25 courses

Ross Brawn est prêt à faire passer le calendrier à 25 courses, en associant pistes historiques et nouveaux marchés, tels que New York.

Le nombre de courses au calendrier fait débat. L'an prochain, 21 courses seront au programme, une de plus que cette année. Ce nombre a déjà été atteint en 2016, mais le calendrier 2018 provisoire prévoit pour la première fois une série de trois courses en trois semaines. Fernando Alonso a prévenu qu'il partira si le calendrier atteint 25 courses. Ross Brawn, le directeur de la F1, envisage pourtant cette possibilité, en mixant courses historiques et Grands Prix sur de nouveaux territoires.

« 25 courses, ça en fait une tous les week-ends, » explique Ross Brawn dans le Telegraph. « Ce n'est pas un mauvais rythme de travail, non ? Il n'y a pas si longtemps, les pilotes faisaient des essais toutes les semaines. Chez Ferrari, nous avions deux pistes d'essais, et il y avait peu de jours sans essais. »

« C'est la qualité qui sera déterminante. Nous respectons notre héritage, en faisant revenir la France et l'Allemagne, des courses européennes qui ont une grande histoire, et nous voulons les associer à de nouvelles courses à New York, ou dans une grande ville américaine, et sur un ou deux nouveaux continents. S'il y en a 25, c'est qu'elle mériteront toutes leur place. »

Tout le monde n'est pas opposé à une augmentation du nombre de courses. Günther Steiner, le patron de Haas, juge cette expansion possible si le calendrier est repensé.

Au delà du nombre de courses, Liberty Media travaille sur le spectacle. Ross Brawn veut garantir le succès de la F1 dans tous les domaines, pour qu'elle reste un feuilleton quotidien.

« La F1 est un environnement riche, qui existe sur plusieurs niveaux : l'humain, les pilotes, la course, la technique, » souligne Ross Brawn. « Il y a tout un univers, plus que dans tout autre championnat à mon avis. Les gens restent fascinés par la F1, pour ce qu'elle représente. Il ne faut jamais perdre ça à l'esprit. »

Liberty ne veut pas imposer ses choix

Liberty Media souhaite aussi instaurer un nouveau climat. Pendant longtemps, le duo composé de Max Mosley à la FIA et de Bernie Ecclestone à la FOM imposait les décisions, ce qui menait à de nouveaux conflits. La situation a commencé à évoluer avec l'arrivée de Jean Todt à la tête de la FIA. Au sein du trio qui a remplacé Ecclestone, Ross Brawn souhaite trouver des consensus sur chaque question.

« La politique peut prendre une forme où on essaie de renforcer ou s'affaiblir les gens, et c'est ce que nous voulons éviter, » explique Ross Brawn. « Dans l'ère précédente, c'est en grande partie ce qu'il se passait. La politique que j'aime, ce sont des débats sains. »

« Nous travaillons sur un nouveau moteur en ce moment, et ça sera le résultat de nombreuses réunions. Aucun d'entre nous ne souhaite régler ses problèmes avec des campagnes machiavéliques. Si des gens s'opposent à nous, nous ne les enlèverons pas de l'équation. C'est une approche différente. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

dimanche 23 juillet 2017 à 22:44 EMile dit : 52 ça serait judicieux pour pas avoir la belle mère le week-end