Publié le 27/07/2017 à 13:00

F1 - Le halo pourra accueillir des éléments aéro

F1 - Le halo devrait avoir des éléments aérodynamiques

Le halo devrait accueillir des éléments aérodynamiques sur sa partie supérieure. Le poids des monoplaces va être revu.

Le halo va être imposé la saison prochaine, pour améliorer la sécurité du pilote. L'apparition de ce dispositif va avoir plusieurs conséquences sur le règlement.

- La FIA explique le choix du halo

C'est la version 4 qui sera utilisée l'an prochain. La version 2 a été la plus vue l'an dernier. Elle couvrait une zone plus large que la version 1, afin de mieux protéger la tête. La version 3 était celle prévue cette année mais elle n'a pas été testée en piste. La version 4 devrait voir un système affiné.

Selon Auto Motor und Sport, les équipes devraient avoir l'autorisation « d'habiller » le halo, évidemment avec la couleur de la monoplace, mais aussi avec des éléments aérodynamiques, sur le dessus du dispositif.

Le poids minimal va changer

Le magazine allemand précise que le poids minimal des monoplaces va passer de 728 à 733kg. Cela ne veut pas dire que le halo ne père que 5kg. Il est bien plus lourd mais quand le poids est passé de 702 à 728kg cette année, avec déjà 10kg prévus pour le halo, puisque le système devait initialement être lancé cette saison.

Concernant le poids, le GPDA, l'association des pilotes, aurait demandé un ajustement du règlement pour éviter de désavantager les pilotes les plus lourds. Le but serait de considérer un poids moyen de 80kg pour chaque pilote, en ajoutant des lests dans le baquet des pilotes plus légers. La mesure aurait peu de chances d'être adoptée.

- Les pilotes toujours divisés sur le halo

La FIA devrait également revoir les procédures d'extraction du pilote. Ils doivent aujourd'hui être capables de sortir de la monoplace en moins de cinq secondes. Avec le halo, la durée devrait être fixée entre huit et 10 secondes. Le pilote peut en théorie s'appuyer sur le halo mais avec les systèmes hybrides, il peut leur être demandé de ne pas toucher la carrosserie, si la batterie reste chargée.

La fédération se pencherait aussi sur l'arrivée du système dans d'autres catégories. Pour la Formule 2, cela serait prévu pour 2019. Mais cela devrait engendrer des coûts de développement puisque le championnat va utiliser une nouvelle monoplace dès 2018, et qu'il faudra déjà la modifier. Elle sera présentée à Monza cette année.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 27 juillet 2017 à 21:44 Archos dit : Il y a des millions qui circulent en F1 et ils ne sont pas fichus de trouver un ingénieur pour faire une protection qui ressemble à quelque chose. Ils préfèrent leur mettre un string devant les yeux.