Publié le 17/08/2017 à 14:29

F1 - Quota de moteurs: le point pilote par pilote

F1 - Le point sur les groupes propulseurs déjà utilisés

Sport Auto fait le point sur le quota de moteurs des pilotes à la mi-saison. Sebastian Vettel risque une pénalité, mais pas Lewis Hamilton.

Cette année, les pilotes n'ont droit qu'à quatre groupe propulseurs, contre cinq l'an dernier. Le règlement n'a pas changé : c'est simplement le nombre de courses qui a évolué. Le cinquième groupe propulseur n'était autorisé qu'à partir de 21 courses et il y en a 20 cette année.

Le groupe propulseur est composé de six éléments : le moteur, le turbo, le MGU-H, le MGU-K, la batterie et le système électronique. Un élément dans un cinquième exemplaire entraîne une pénalité de 10 places. La sanction est de cinq places pour les autres éléments utilisés en cinq exemplaires. Un sixième élément entraîne à nouveau une pénalité de 10 places, et les autres sixièmes éléments des sanctions de cinq places, etc.

Cette année, il n'est plus possible de cumuler énormément de pénalités sur un seul week-end. La saison passée, un pilote pouvait lancer deux ou trois moteurs neufs, en plus du quota autorisé, sur la même course, afin de se reconstituer un parc de moteurs et éviter de nouvelles pénalités jusqu'à la fin de l'année. Désormais, la pénalité n'est appliquée que quand le nouvel élément est utilisé. En clair, si un pilote utilise trois turbos de plus que ce que permet le quota, il sera forcément pénalisé sur trois courses différentes. En revanche, il reste possible de cumuler les pénalités d'éléments différents, comme le MGU-H ou la batterie.

Ceux qui ont dépassé le quota

Trois pilotes ont déjà dépassé le quota de quatre groupes propulseurs pour la saison, Daniel Ricciardo, Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne. Alonso a même déjà utilisé huit turbos et huit MGU-H, le double du quota permis ! Ces trois pilotes auront du mal à finir la saison sans nouvelles pénalités, même si Alonso et Vandoorne ont volontairement cumulé les pénalités d'éléments différents sur une seule course.

Daniel Ricciardo: 4 moteurs, 4 turbos, 5 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Fernando Alonso: 6 moteurs, 8 turbos, 8 MGU-H, 6 MGU-K, 5 batteries et 4 systèmes électroniques
Stoffel Vandoorne: 4 moteurs, 7 turbos, 7 MGU-H, 4 MGU-K, 5 batteries et 5 systèmes électroniques

Ceux qui ont atteint le quota

Dix pilotes, soit la moitié du plateau, ont déjà atteint le quota maximal pour au moins un élément. C'est notamment le cas de Max Verstappen, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. Ces pilotes pourraient avoir du mal à finir la saison sans pénalité, même si un ancien élément peut encore être utilisé. Chaque équipe a une gestion de ses moteurs différente et un quota déjà atteint ne signifie pas forcément qu'il faudra le dépassé. Si les pilotes qui ont des éléments en quatre exemplaires échappent à une pénalité, ils seront en revanche privés de nouveautés, puisqu'il faudrait lancer une cinquième version pour en disposer.

Max Verstappen: 3 moteurs, 3 turbos, 4 MGU-H, 2 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Sebastian Vettel: 3 moteurs, 4 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques
Kimi Räikkönen: 3 moteurs, 4 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques
Daniil Kvyat: 4 moteurs, 4 turbos, 4 MGU-H, 2 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques
Carlos Sainz: 3 moteurs, 3 turbos, 4 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 3 systèmes électroniques
Romain Grosjean: 3 moteurs, 4 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Kevin Magnussen: 3 moteurs, 4 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Nico Hülkenberg: 3 moteurs, 3 turbos, 4 MGU-H, 3 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques
Jolyon Palmer: 3 moteurs, 4 turbos, 4 MGU-H, 2 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques
Pascal Wehrlein: 3 moteurs, 4 turbos, 4 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 3 systèmes électroniques

Ceux pour qui tout va bien

Les sept derniers pilotes n'ont utilisé que trois exemplaires de certains éléments au maximum. Ils sont dans les temps de passage parfaits et sauf problème(s), ils devraient échapper à des pénalités. Il est intéressant de noter qu'il s'agit des six pilotes équipes d'un moteur Mercedes, ainsi que Marcus Ericsson. Le motoriste allemand a peut-être une meilleure fiabilité, mais il peut également s'agir d'une gestion différente des moteurs.

Lewis Hamilton: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Valtteri Bottas: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Sergio Pérez: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 2 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Esteban Ocon: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 2 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Felipe Massa: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 2 MGU-K, 2 batteries et 2 systèmes électroniques
Lance Stroll: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 2 MGU-K, 1 batterie et 2 systèmes électroniques
Marcus Ericsson: 3 moteurs, 3 turbos, 3 MGU-H, 3 MGU-K, 3 batteries et 3 systèmes électroniques

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez