Publié le 20/10/2017 à 09:11

F1 - Hartley s'est proposé à Toro Rosso cet été

F1 - Brendon Hartley a contacté Toro Rosso cet été

Brendon Hartley a contacté Toro Rosso durant l'été, quand Porsche a annoncé son départ l'endurance. Il pense qu'il n'était pas prêt il y a 10 ans.

Toro Rosso a décidé d'aligner Brendon Hartley ce week-end à Austin, pour remplacer Pierre Gasly, qui va jouer le titre à Suzuka en Super Formula. Le Néo-Zélandais a longtemps eu pour objectif de faire ses débuts avec l'équipe, mais cela paraissait improbable depuis plusieurs années.

Hartley a intégré le Red Bull Junior Team en 2006. Deux ans plus tard, à 19 ans, il a fait son premier test officiel, avec Red Bull. Il a poursuivi l'évolution logique, avec deux nouvelles séances d'essais, pour Toro Rosso, mais il a brutalement perdu sa place en 2010, faute de résultats en Formula Renault 3.5 Series. Hartley a disputé une saison supplémentaire dans le championnat, ainsi que quelques courses en GP2. En 2012 et 2013, il était pilote de développement de Mercedes, avec une séance d'essais la première année. Il s'est ensuite tourné vers l'endurance.

C'est là que la carrière de Hartley a changé de dimension. Après deux participations aux 24 Heures du Mans avec une ORECA-Nissan de l'équipe Murphy en LMP2, il a rejoint Porsche il y a trois ans. Il a été champion du monde en 2015, aux côtés de Timo Bernhard et Mark Webber, et il a remporté les 24 Heures du Mans cette année, avec Bernhard et Earl Bamber.

Durant l'été, Porsche a annoncé son départ de l'endurance à la fin de l'année. Hartley a choisi ce moment pour se tourner à nouveau vers Red Bull. Il a pris contact avec Helmut Marko, le conseiller spécial de Red Bull, qui a pris note de son intérêt.

« En fait, quand Porsche a annoncé son départ de l'endurance en LMP1 à la fin de l'année, j'ai appelé Helmut Marko et je lui di dit "Je suis un pilote différent d'il y a 10 ans, j'ai beaucoup appris, et s'il y a une opportunité, je suis prêt", » a expliqué le Néo-Zélandais en conférence de presse à Austin. « Il n'a pas dit grand chose, il a juste dit qu'il avait reçu le message, et trois mois plus tard il m'a appelé. »

Tout s'est joué il y a une semaine. Red Bull a décidé d'aligner Pierre Gasly à Suzuka et Brendon Hartley a vite été choisi : « Tout s'est passé très vite, » indique-t-il. « Je ne l'ai pas su très longtemps avant la presse. J'ai vécu une semaine mouvementée pour arriver ici. »

« Pour le moment je suis assez détendu, tout bien considéré. Je suis vraiment impatient de prendre la piste. Evidemment, j'ai eu un peu le temps de disputer avec les ingénieurs, d'analyser quelques données, de passer un peu de temps dans le simulateur. Mais maintenant, je suis impatient de débuter les essais et de voir si je suis à l'aise, et de préparer le départ dimanche, un grand moment pour moi, donc oui, je suis vraiment excité. »

Hartley n'était pas prêt il y a 10 ans

Brendon Hartley était très jeune quand il était membre du Red Bull Junior Team. Il pense qu'il n'avait pas encore la carrure pour rouler en Formule 1 et qu'il l'a acquise avec Porsche. Il n'avait pas le même niveau il y a 10 ans.

« Je pense que je n'étais pas prêt, » reconnaît Hartley. « J'ai connu quelques succès à mes débuts, j'ai remporté la Formula Renault (2.0 Euro, en 2007), je suis devenu pilote de réserve, j'ai fait mon premier roulage en F1 à 18 ans et je pense que je n'ai tout simplement pas réussi à gérer la pression. Je ne prenais plus de plaisir, je n'étais pas heureux, j'étais assez jeune et loin de chez moi. »

« Quand ce qu'on peut appeler le rêve de la Formule 1 a pris fin, en 2010, je me suis remotivé, j'ai découvert l'endurance et j'ai beaucoup appris. »

« Être dans un programme LMP1, dans une catégorie de premier plan, avec une grosse pression, ce n'est pas très différent de la Formule 1, comme le développement de la voiture, et le travail avec mes équipiers a été excellent. »

« En fait, je suis beaucoup plus fort qu'à l'époque. Je n'étais pas prêt quand j'avais 18 ans. Je pense que je le suis maintenant. Je ne me suis pas vraiment pas préparé pour ce week-end, je ne connais pas la voiture, je n'ai pas roulé en monoplace depuis 2012, mais je pense et j'espère que la Porsche en LMP1 m'a bien préparé. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez