Coup de coeur horloger 2017 : la Reservoir GT Tour

Nouvelle marque horlogère, Reservoir nous a tapé dans l’œil avec sa GT Tour. Au programme : finitions au top, complications géniales et look soigné. On adore !

C'est paradoxal : l'horlogerie connaît des heures difficiles et pourtant, il n'y a jamais eu autant de nouvelles marques. Merci Kickstarter et consorts. Parmi la horde de jeunes enseignes, Reservoir Watch a séduit la rédaction. Primo, son fondateur, François Moreau, tient un discours humble et pertinent. Deusio, sa toute première collection est cohérente et homogène. Comme son nom l'indique, Reservoir s'inspire ouvertement des compteurs, quel que soit leur engin d'origine. La gamme Tiefenmesser rappelle l'instrumentation des sous-marins (un modèle est d'ailleurs en bronze), la famille Airfight nous transporte dans un cockpit d'avion alors que les tribus Supercharged et GT Tour renvoient à l'univers automobile.

Nous avons sélectionné la RSV01.GT/131-12, un patronyme compliqué pour une montre qui l'est tout autant...

Module propriétaire

La fiche technique nous apprend pourtant que cette pièce emmène un ETA 2824-2. On a connu plus original. La raison est double : simplicité d'entretien et fiabilité. Ce calibre sert en réalité de générateur à un module développé en Suisse uniquement pour Reservoir. Composé de 97 pièces, il est la pièce maîtresse de ces montres qui ont toutes cette triple particularité : réserve de marche, heure sautante et minute rétrograde.



Comment cela fonctionne-t-il ? Le chemin de fer n'est pas totalement circulaire mais court sur un angle de 240°. Pourquoi ? Rappelez-vous que le fondateur de Reservoir tient à ce lien de parenté avec les compteurs, dont les aiguilles ne tournent jamais sur 360°. Cet angle caractéristique de 240°, on le retrouve aussi au verso de la montre puisque la partie vitrée du fond affiche cette ouverture. Que se passe-t-il une fois que l'unique aiguille arrive sur le 6, symbolisant la fin de cette révolution horaire ? Elle revient à son point de départ, sur le 0. C'est la rétrograde, complication horlogère connue de longue date mais qui pose quelques contraintes techniques, comme la limitation du couple sur le retour, afin de ne pas endommager les rouages.

Une lecture envoûtante

Le balai sans heurts d'une trotteuse sur une montre mécanique est reposant. La RSV01.GT/131-12 en est privée mais la lecture de son heure est pourtant envoûtante. Lorsque l'aiguille des minutes reprend sa position initiale, le chiffre dans le guichet central, saute instantanément. On change d'heure. Contrairement à une montre lambda, il n'est pas possible d'aller en arrière en ce qui concerne la sélection des heures. En revanche, l'aiguille des minutes peut revenir sur ses pas, jusqu'à son point d'origine. Le mécanisme débraye alors pour proscrire toute casse. Techniquement, cette Reservoir est donc bien plus compliquée que son mouvement d'origine le laisse supposer.

Matériellement, elle frise le sans-faute. On adhère ou non au design, qui est affaire de goût, mais les cadrans sont usinés méticuleusement. On aime aussi les deux vis noires, de part et d'autre de l'aiguille, comme sur les compteurs d'une 911, dont cette montre reprend la police. La jauge à essence est un indicateur de réserve de marche. Le boîtier en acier 316L est satiné dans les grandes proportions, sauf la partie plane à la base de la lunette qui se retrouve polie. Les cornes épousent bien le poignet et cette montre de 43 mm donne l'impression d'être plus petite. Les montres Reservoir sont montées sur des bracelets facilement interchangeables grâce à des pompes rapides (un petit ergot permet de déverrouiller la barrette).

Le tarif de cette Reservoir RSV01.GT/131-12 : 3.925 €.

Photo de Sylvain Vétaux

posté par :
Sylvain Vétaux

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 23 octobre 2017 à 20:13 watchistador dit : Mouais.... je plébicite plus la nouvelle Octo Maserati....bien mieux finie, bien plus classe au poignet...bref, une bien plus belle montre où tout est fait dans la manufacture Bulgari....