F1 - Gasly agacé par les pénalités

F1 - Pierre Gasly agacé par les pénalités, une solution dure à trouver

Pierre Gasly juge les pénalités à répétition sur la grille « ridicules ». Il faudra peut-être attendre 2021 pour trouver une solution.

710. Depuis le début de la saison, les pilotes ont cumulé 710 places de pénalité, en ne comptant que celles pour dépassement du quota d'éléments du groupe propulseur. Une situation ubuesque puisque depuis Melbourne, le total des places sur la grille n'était que de... 380. Pierre Gasly juge ces pénalités ridicules.

Il a fait ses débuts chez Toro Rosso à Sepang et en quatre courses, il a déjà dû être pénalisé deux fois, à Mexico et à Interlagos. Gasly aimerait une situation plus claire : pouvoir prendre le départ des courses à la place à laquelle il s'est qualifié.

« C’est chiant, » a lâché le Français sur Canal + Sport. «  En tant que pilote, ce qu’on veut, c’est faire les qualifications, faire du mieux possible, être le plus rapide possible, et partir de cette position. »

« Quand on est arrivé ce week-end, je savais déjà que j’allais prendre 10 places de pénalité. Après la première séance, j’en ai pris 25. C’est la course aux pénalités. Daniel (Ricciardo) en avait 10, mon équipier (Brendon Hartley) en avant 10. Il faut savoir si on change une pièce moteur pour prendre 10 places de pénalité en plus mais partir plus loin... »

« Je trouve ça un peu ridicule. Il faut faire avec. J’espère que cela pourra changer à l’avenir parce que tous les pilotes sont en faveur de changer cette partie du règlement. Pour les spectateurs et les fans, cela aurait plus de sens aussi. »

Les pénalités pourraient être encore plus fréquentes en 2021, avec un quota de groupes propulseurs fixé à trois, un de moins que cette année. Lewis Hamilton s'oppose à ce changement.

Faudra-t-il attendre 2021 ?

La F1 a conscience de l'ampleur du problème. Ross Brawn qualifie ces pénalités de « mascarade ». Le responsable de la compétition de la F1 veut étudier des solutions pour mettre fin à ces pénalités mais à court terme, il est peu probable qu'une solution soit trouvée. Brawn pense qu'il faudra peut-être attendre l'introduction du nouveau règlement moteur, en 2021 : « Je ne sais pas comment éviter cela avec le moteur actuel, parce que les composants sont très chers, et que l’idée était qu’en limitant le nombre de composants, on réduirait les coûts et on éviterait le gaspillage, » a souligné Brawn auprès de la BBC.

Une forme de sanction reste obligatoire pour éviter une explosion des coûts avec des pièces illimitées. Retirer des points au championnat des constructeurs pourrait être moins efficace, si une équipe a une grosse avance sur un poursuivant ou si elle sacrifie volontairement ce championnat.

- Faut-il abolir les pénalités sur la grille ?

La situation a atteint son paroxysme à Monza, avec neuf pilotes pénalisés sur la grille.  Dans le détail, sept pilotes étaient pénalisés pour des changements sur le moteur, soit 135 places, et trois pour des changements de boîte de vitesses, soit 15 places. Un pilote, Daniel Ricciardo, cumulait les deux.

Le cas de Pierre Gasly est encore plus complexe. Dans ses deux premières courses, il était sur le quota de moteurs utilisés par Daniil Kvyat jusque là. A Austin, Gasly était absent et Brendon Hartley a récupéré ce quota. Kvyat est revenu pour cette course, dans la monoplace utilisé par Sainz. Depuis Mexico, Gasly a basculé sur le quota de Sainz. Hartley conserve le quota de Kvyat. Gasly a donc tour à tour utilisé le quota de Kvyat, puis celui de Sainz.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

mercredi 15 novembre 2017 à 18:36 MB1 dit : Le problème d'une pénalité au championnat constructeurs c'est que ce n'est pas pareil pour tout le monde. Si on enlève 10 points à Mercedes, Ferrari ou Red Bull, ça ne change rien, mais à Toro Rosso, ça leur fait perdre deux ou trois places...

mercredi 15 novembre 2017 à 18:24 leon dit : Ces pénos sont ridicules ,les pilotes ne sont pas les coupables et les teams les plus riches seront toujours devant les pauvres .

mercredi 15 novembre 2017 à 18:24 leon dit : Ces pénos sont ridicules ,les pilotes ne sont pas les coupables et les teams les plus riches seront toujours devant les pauvres .