F1 - Ecclestone pense que Liberty fait une erreur

F1 - Bernie Ecclestone pense que Liberty fait une erreur

Bernie Ecclestone estime que Liberty Media a tort d'investir autant dans la communication de la F1. Il pense que l'actionnaire sort de son rôle.

Il y a un an, Liberty Media a pris le contrôle de la FOM, en charge de l'aspect commercial de la F1. Le premier changement a été le départ de Bernie Ecclestone, patron historique de la F1. Chase Carey, son successeur, estime que pendant plusieurs années, la F1 a négligé son auto-promotion. Il a notamment reproché des manques d'implication sur les réseaux sociaux, d'efforts pour favoriser l'exposition de la Formule 1 et d'innovation.

La F1 a déjà commencé à évoluer, avec de nouveaux événements autour des courses, comme le F1 Live Londres, une grande démonstration dans la capitale anglaise. Pour dépoussiérer l'image de la F1, un nouveau logo a été introduit, symbole de la nouvelle politique. Autant de changements qui entraînent des coûts, et donc une baisse de revenus directs pour les équipes. Elles s'attendent cependant à un retour sur investissement.

Bernie Ecclestone se montre moins optimiste. Il pense même qu'en investissant dans la communication, Liberty empiète sur le rôle des équipes et des promoteurs, et trouble le message délivré par la F1.

« J'y vois un conflit d'intérêt, » commente Bernie Ecclestone dans Auto Motor und Sport. « C'est important que les équipes fasse leur promotion elle-même, et que les organisateurs fassent la promotion de leur évidemment. Si la FOM s'implique aussi, cela créé une confusion. Qui fait quoi ? Qui dit quoi ? Comment savoir ce qui est important pour les équipes et les organisateurs ? »

Ecclestone veut voir la F1 prospérer

Depuis qu'il a perdu son poste, Bernie Ecclestone a pris du recul. Il pense avoir une vision plus globale de la Formule 1, sans avoir à traiter les dossiers au quotidien.

« C'est plus calme aujourd'hui, parce que je ne suis plus impliqué, » précise Ecclestone. « Je vois plus de choses que je ne ferais pas, ou que je ferais mieux. »

Ecclestone a été vu sur plusieurs courses débuts 2017, mais moins en fin d'année : « J'ai la sensation que mes successeurs ne veulent plus me voir sur les pistes, » indique-t-il.

Voit-il la F1 comme son enfant ? « C'est un terme trop fort, » répond Ecclestone. « C'est une chose que j'ai aidé à développer. Avec toutes les équipes. Je veux voir le produit continuer à grandir. »

Il assure n'avoir aucune amertume : « Je suis fier de la F1 et je veux qu'elle aille bien. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 04 janvier 2018 à 12:05 rigel dit : héhé, il l'a mauvaise le nain, de s'être fait écarter sans rien voir venir... l'arroseur arrosé ^^