F1 - Wolff juge Vettel moins fort mentalement

F1 - Wolff pense que Vettel a payé son impulsivité en 2017

Toto Wolff pense que Sebastian Vettel a payé son caractère impulsif en 2017. Lewis Hamilton a fait preuve de plus de maturité.

Lewis Hamilton et Sebastian Vettel se sont disputés le titre l'an dernier. Après une première partie de saison disputée, Hamilton a eu l'avantage dans la seconde partie, aidé par une Mercedes dominatrice et des soucis chez Ferrari. Toto Wolff, le patron de Mercedes Motorsport, pense que les pilotes ont aussi eu un rôle important. Comme Daniel Ricciardo, il pense que Vettel a été moins fort mentalement.

Interrogé par BBC Radio 5 live, Wolff a estimé que Vettel donne l’impression d’être « calme » mais que « sous la carapace », il est « très sensible et passionné ».

« Cela lui a permis de remporter des championnats par le passé, » a ajouté l’Autrichien. « (En 2017), cela lui a coûté cher. A l’inverse, Lewis a mûri personnellement et comme pilote, et hors de la piste cela le rend très fort. »

Bakou a montré la faille de Vettel

Pour illustrer son propos, Toto Wolff retient surtout Bakou. Sebastian Vettel a cru que Lewis Hamilton avait fait un « brake test », freiner volontairement pour le piéger, sous régime de voiture de sécurité, et il a ensuite donné un coup de roue à son rival (vidéo). Vettel a reçu un stop and go de 10 secondes et la FIA a vite innocenté Hamilton, en consultant les données de Mercedes.

« Nous avons immédiatement regardé les données pour voir s’il y avait quelque chose qui s’approchait d’un brake test, et nous n’avons rien vu, » souligne Wolff. « Mais Sebastian a été lâché par ses émotions et sa colère à ce moment là. Il serait le premier à reconnaître que s’il pouvait revenir en arrière, il ne le ferait pas. »


Toto Wolff se montre plus indulgent pour Marina Bay. Sebastian Vettel a abandonné suite à un accident avec Kimi Räikkönen et Max Verstappen au départ (vidéo). Aucun pilote n'a été pénalisé et Toto Wolff ne désigne pas Sebastian Vettel responsable.

« Je ne sais pas si c’était la pression, » précise Wolff. « Sebastian Vettel savait que pour marquer 25 points, il devait mener après le départ. Il devait imposer sa place, et avec le manque de visibilité, cela a causé une réaction en chaîne. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

vendredi 12 janvier 2018 à 21:44 Jolasoie dit : Et moi je dit toto il beaucoup moins fort derrière un volant vue toutes les barrières et les murs qui sont est pris sans conté les sorties de route

mardi 09 janvier 2018 à 00:24 MANFRED91 dit : Et moi je juge Toto Wolf moins fort mentalement que Jean Todt ! Non mais sérieusement quelle manque de tact cette façon de jeter de l’huile sur le feu ... sommes nous dans une cour de récréation ?!

samedi 06 janvier 2018 à 10:59 many dit : Toto, directeur d’écurie, mais également psychothérapeute