F1 - Trois moteurs : « Une folie » pour Mercedes

F1 - Mercedes juge la limite à trois moteurs inefficace

Andy Cowell, le responsable des moteurs de Mercedes, juge la limite de trois moteurs « folle ». Elle fait exploser les coûts, l'objectif inverse de la mesure.

Les pilotes auront trois groupes propulseurs pour la saison en 2018, un de moins que l'an dernier. Le MGU-K, la batterie et le boîtier électronique seront même limités à deux exemplaires, moitié moins qu'en 2017, alors qu'il y aura 21 courses, une de plus.

Lewis Hamilton déteste cette nouvelle limite et les dirigeants de Mercedes sont tout aussi sceptiques. Les moteurs utilisés cette année nécessitent un travail à part entière, et pas une simple évolution de ceux utilisés la saison dernière.

« N'avoir que trois moteurs pour la saison est fou, parce que les motoristes doivent refaire l'ensemble du moteur et renforcer les parties faibles, » a précisé Andy Cowell, le responsable de la division moteurs de Mercedes, selon le Corriere dello Sport. « Un moteur était fait pour tenir quatre ou cinq course, et il faut le faire tenir plus longtemps. »

« Pour retrouver le même niveau de puissance, on risque de casser le moteur sur le banc, et ce n'est pas facile si on a encore cette fragilité en piste. »

Des coûts de développement énormes

Cette baisse du nombre de groupes propulseurs a été imposée pour diminuer les coûts de fabrication. Mais Andy Cowell estime que la mesura les effets inverses : l'amélioration de la fiabilité demande un énorme développement et beaucoup d'essais sur le banc moteur... et donc des pièces fabriquées en nombre conséquent.

« Il faut faire au moins 80 ou 100 moteurs, les tester sur le banc, pour avoir les trois ou quatre qui auront les meilleurs niveaux de fiabilité et de puissance, » explique l'ingénieur. « C'est un coût énorme que les motoristes ne pourront pas compenser. »

Un quota encore plus faible pourrait faire exploser le nombre de pénalités pour l'utilisation d'un trop grand nombre de moteurs. La FIA a légèrement simplifié leur mode d'application.

- Moteurs : Todt juge les équipes responsables
- Faut-il abolir les pénalités sur la grille ?

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

samedi 20 janvier 2018 à 12:02 samousse99 dit : m'aime la F1 Et une dictature sà me fait penser à la France

vendredi 19 janvier 2018 à 20:33 Mr IXE dit : Le côté positif de cette situation ubuesque c'est qu'on risque d'assister à des course animées avec les pénalités qui verront des favoris partir du fond de grille.

vendredi 19 janvier 2018 à 18:14 E2PZ dit : il est loin le temps où chaque écuries avaient 2 ou 3 moteurs .....par weekend. effectivement, celui qui suivait la F1 dans les années 90-2000 ne s y retrouve plus du tout. nostalgie contre progrès

vendredi 19 janvier 2018 à 12:22 cockernoir dit : Je ne pensais pas que les motoristes devaient fabriquer autant de moteurs en vue de la sélection pour les courses. Merci Auto Plus pour cet article .🚘

vendredi 19 janvier 2018 à 11:21 CarCircus dit : Si j'ai bien compris, c'est le client qui va bénéficier des progrès du constructeur en déboursant beaucoup moins que ce dernier pour le développement des moteurs, elle est où la logique, dans ce cas mieux vaut être une petite équipe.