Dakar - Sainz : « Le Dakar le plus difficile »

Dakar - Sainz a vécu un Dakar difficile

Carlos Sainz estime que le Dakar 2018, qu'il a remporté, était le plus dur de sa carrière. Stéphane Peterhansel a vécu les mêmes difficultés.

Carlos Sainz est sorti vainqueur d'un Dakar dantesque. Les pilotes ont affronté des dunes « molles » au Pérou puis un terrain boueux en Bolivie et en Argentine. Plus que jamais depuis que l'épreuve est en Amérique du Sud, c'est une course à élimination qui a vu Sainz s'imposer pour la deuxième fois de sa carrière. L'Espagnol n'avait jamais connu un Dakar si compliqué.

« Pour moi, ce fut un rallye très dur, » reconnaît Sainz. « C’est probablement le Dakar le plus difficile que j’ai jamais disputé, même en tenant compte de ceux que j’ai disputé en Afrique. Les organisateurs nous ont vraiment préparé un parcours corsé. Il y a eu tellement d’étapes éprouvantes ! Même les deux étapes précédent l’arrivée ont été terribles. Le Pérou a été aussi très compliqué. »

Il a offert à Peugeot un troisième succès consécutif, pour les adieux du constructeur : « Bien sûr, c’est gratifiant pour Lucas (Cruz, son copilote) et moi de gagner une épreuve aussi difficile. Ça l’est aussi pour toute l’équipe PEUGEOT qui a réalisé un superbe travail tout au long de ce programme. La PEUGEOT 3008DKR Maxi est probablement la meilleure voiture que j’ai jamais eu à piloter en rallye-raid. Merci à tous ceux qui nous ont soutenu dans ce projet et merci à PEUGEOT SPORT. »

Peterhansel a payé deux accidents

Stéphane Peterhansel confirme la difficulté de l'épreuve. Deux accidents lui ont coûté cher : un à la fin de la première semaine, avec une suspension et un amortisseur cassés après un contact avec une pierre, alors qu'il était leader, et le second à la veille de l'arrivée, dans lequel une biellette de direction et la direction ont été endommagées. Il a finalement vu l'arrivée à la quatrième place.

« Nous avons eu une très bonne semaine globalement, » estime le recordman de victoires dans l’épreuve. « Les dunes péruviennes étaient un peu notre terrain de jeu. Après, ça a un peu déraillé. Nous avons perdu 1h45 en Bolivie en tapant une pierre que je n’ai pas vue. C’était tellement inévitable que je n’ai même pas été très contrarié. Je suis beaucoup plus déçu par une journée comme celle de vendredi durant laquelle nous avons accumulé des petites erreurs. »

« Je pense que ce Dakar était extrêmement dur. Le plus dur que l’on ait eu en Amérique du Sud, ça c’est sûr. C’est dans l’esprit du rallye, voire poussé un peu trop loin si l’on pense aux amateurs. La seule satisfaction pour nous est la victoire de Carlos et de l’équipe PEUGEOT. C’est une belle récompense pour Carlos qui a galéré ces trois dernières années. »

Despres a souffert, Loeb n'a pas vu l'arrivée

Les autres pilotes Peugeot ont aussi eu des problèmes. Cyril Despres a endommagé sa suspension arrière-droite et il a perdu de nombreuses heures. Il s'est alors mué en équipier et il a donné des pièces de sa Peugeot 3008 DKR Maxi à Stéphane Peterhansel quand ce dernier a eu son premier accident. Avec les pénalités, il a fini l'épreuve à 45h19 du vainqueur.

« Nous avons bien entamé ce Dakar puisque nous avons remporté la deuxième étape, » souligne-t-il. « Malheureusement notre mésaventure du quatrième jour a complètement compromis notre course. A partir de ce moment-là, notre course a été calquée sur celle des nos équipiers. Pas facile dès lors de pouvoir vraiment nous exprimer ! Pour nous, le plus important était de ne pas commettre d’erreur, d’être présent au cas où Carlos ou Stéphane avait un problème. »

« C’est sûr que le bilan est frustrant, mais en même temps David (Castera, son copilote) et moi commençons juste notre carrière en auto. Nous avons emmagasiné beaucoup d’expérience sur ce Dakar et c’est un point positif. Je tiens à remercier toute l’équipe PEUGEOT SPORT qui a fait du bon travail, et qui nous a permis d’évoluer dans des conditions idéales depuis 2015. »

Sébastien Loeb n'a pas vu l'arrivée. Un accident durant la première semaine a blessé Daniel Elena, son copilote. Le Monégasque souffre d'une fracture du coccyx.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

lundi 22 janvier 2018 à 11:13 Mr IXE dit : C'est sur ça n'était pas le casting préféré de Peugeot mais l'essentiel est là ils ont remporté la course.