F1 - Les super-durs ne devraient jamais servir

F1 - Les pneus super-durs ne devraient jamais servir

Les pneus super-durs n'auront pas vocation à être proposés aux pilotes. Pirelli a également voulu maintenir des noms précis pour chaque type de pneus.

Les pneus étaient trop durs la saison dernière. Pirelli a pour mission de générer des courses à deux arrêts mais les huit dernières épreuves de la saison 2017 ont vu un seul passage aux stands pour les leaders. Des mesures ont été prises pour corriger la situation, qui nuit au spectacle. Pirelli aura un nouveau type de pneus cette année, l'hyper-tendre (rose), et les autres types de pneus seront un cran plus tendres. L'hyper-tendre sera donc deux crans plus tendres que l'ultra-tendre (violet), le type de pneus le plus tendre jusque là.

A l'autre bout de la gamme, Pirelli a ajouté un autre type de pneus, le super-dur (orange), qui reprendra les caractéristiques du dur de l'an dernier. Ce choix a étonné puisque ce pneu était considéré trop dur : il n'a été proposé qu'à Barcelone... et n'a été utilisé par aucun pilote en course. Avec des pneus plus tendres cette année, la présence du super-dur peut paraître inutile. Pirelli confirme n'avoir en fait aucune intention de les utiliser.

« Nous n'allons pas utiliser les super-durs, mais nous voulions l'homologuer pour l'avoir en secours, » a expliqué Mario Isola, le responsable de la compétition automobile de Pirelli, à Reuters. « Nous voulons le garder dans la gamme parce qu'il si nous sous-estimons le développement des voitures, nous aurons peut-être besoin de faire un pas dans l'autre sens. »

« Si à Barcelone nous comprenons que les pneus durs se dégradent trop, nous pourrons lancer les super-durs à Silverstone ou Suzuka. Mais sincèrement, c'est assez peu probable. »

Deux arrêts et un besoin de précision

Comme chaque année, Pirelli est en quête du bon équilibre entre dégradation, une contrainte posée par le championnat pour assurer le spectacle, et performance. Le but est d'avoir des courses à deux arrêts, pour que les pilotes puissent attaquer sans trop endommager les pneus.

« Pour une course à trois arrêts, il faut des composés qui se dégradent très vite, » souligne Isola. « Une dégradation très élevée ne plaît pas aux pilotes... quand ils attaquent, le pneu perd en performance. Nous pensons que deux arrêts est le bon compromis. »

La gamme de pneus comportera désormais six types de pneus, et autant de noms et de couleurs. Pirelli disposera d'une gamme plus large pour choisir les trois types de pneus amenés à chaque course, mais cela pourrait apporter de la confusion. Pirelli a envisagé de masquer les caractéristiques réelles des pneus et d'amener des pneus nommés « durs », « médiums » et « tendres » à chaque course, mais le manufacturier y a renoncé.

« Nous en avons discuté en interne et nous sommes arrivés à la conclusion que cela ne donnerait pas le bon message, parce que cela donnerait l'impression d'utiliser les mêmes composés à chaque course, » a précisé Isola selon FanaticF1. « Nous voulons expliquer aux spectateurs qu'il faut des composés plus tendres à Monaco, et des composés plus durs à Silverstone. »

« Les spectateurs ne sont pas idiots et ils comprennent les trois couleurs à chaque course. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

mercredi 24 janvier 2018 à 07:39 Laferarridu91 dit : faudra changer tois les tours

mardi 23 janvier 2018 à 19:29 cockernoir dit : Si les pneus adhèrent de plus en plus sans se dégrader, les pilotes auront bientôt besoin de combinaisons anti-g comme les pilotes d'avions de chasse .🎢🚀

mardi 23 janvier 2018 à 18:27 Jeff Pagani dit : Bientot on aura les super méga trop hypra tendres ultimum