Publié le 25/01/2018 à 11:23

F1 - Force India et Sauber retirent leur plainte

F1 - Force India et Sauber retirent leur plainte devant la Commission européenne

Force India et Sauber ont retiré leur recours devant la Commission européenne, au sujet de la répartition des revenus. Liberty Media a apporté des garanties.

Les répartition des revenus est un débat en permanent en Formule 1. Actuellement, le championnat les revenus issus de la vente des droits commerciaux et des sponsors de la F1 sont reversés aux équipes selon les résultats au championnat, mais certaines équipes, Ferrari en tête, bénéficient d'un traitement de faveur. En 2015, Force India et Sauber s'étaient alliées pour une plainte devant la Commission européenne, pour dénoncer ces pratiques. Elles ont décidé de retirer leur recours.

La prise de contrôle des droits commerciaux par Liberty Media, il y un an, a changé la donne. La détermination du groupe américain à travailler sur le contrôle des budgets et la répartition des revenus donne de l'espoir aux deux équipes.

« Nous avons décidé de retirer la plainte déposée devant la Commission Européenne en 2015, au sujet des pratiques anti-concurrentielles en Formule 1, » indique Force India et Sauber dans un communiqué commun.

« Nous avons été très encouragés par le dialogue mis en place suite à la nomination de Chase Carey au poste de Président Exécutif et de directeur général du détenteur des droits commerciaux de la Formule 1, et de son équipe de management. Leur approche a apporté une culture de transparence nouvelle dans le championnat, et elle démontre une volonté de débattre des soucis fondamentaux, comme la distribution des revenus, la maîtrise des dépenses et les règlements moteurs. »

« Nous sommes encouragés et rassurés par l'approche impartiale et juste des négociations adoptée par le nouveau management de la Formule 1, envers toutes les équipes et leurs problèmes. »

Liberty a apporté les garanties suffisantes

Force India et Sauber estiment que les garanties apportées par Liberty Media ne justifient plus de saisir la Commission européenne.

« Même si les inquiétudes qui avaient menées à la plainte étaient totalement justifiées, nous pensons que cette nouvelle approche est assez rassurante sur le fait que nos inquiétudes seront prises en compte avec objectivité, et nous préférons résoudre les problèmes auxquels le championnat fait face dans le dialogue, plutôt que devant les tribunaux, » indique le communiqué des deux équipes. « Nous soutenons ce processus de transformation de la Formule 1. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez