Nouveau cadran pour la Khaki Field Mechanical

Hamilton Khaki Field Mechanical 38 mm avec index patinés et bracelet nato

Au catalogue depuis belle lurette, la Khaki Field Mechanical s'offre un léger lifting qui la rend encore plus sexy. Tour d'horizon de ce bel hommage militaire. 

Ce sont les détails qui font la différence. Ainsi, lorsqu'on découvre cette nouvelle Hamilton Khaki Field Mechanical en 38 mm (référence H69429931/H69429901), on ne se rend pas forcément compte de ce qui la différencie de celle déjà au catalogue depuis des années (référence H69419363). Le diamètre n'évolue pas, ni le matériau utilisé, toujours de l'inox à la finition microbillée. On retrouve aussi la couronne, non vissée, et suffisamment généreuse pour que les doigts les plus costauds puissent la manipuler. Ce qui saute a priori aux yeux, c'est le bracelet. Exit le bracelet cuir/nylon, place à un Nato...khaki aux passants en cuir. 

Nouveau cadran

L'attrait de ce millésime 2018 réside surtout dans le nouveau cadran. Triangles et inserts lumineux des aiguilles exhibent une jolie teinte coquille d'oeuf qui donne l'impression que la montre a connu les pires affres de la vie quotidienne. Autre particularité : la disparition de la date, présente sur le modèle d'avant. Et au final, Hamilton nous livre une copie quasi parfaite (à l'exception du diamètre, plus généreux) de la tocante portée par les militaires américains pendant la seconde guerre mondiale. Même le stop-seconde, indispensable pour coordonner les opérations sur le terrain, est de la partie. Le mouvement est un ETA 2801-2 (Hamilton appartient au Swatch Group) à remontage uniquement manuel ce qui garantit une finesse de la carrure appréciable. Vous l'aurez compris, on adore.

Affichée 420€, cette nouvelle Hamilton Khaki Field Mechanical a tout pour elle. Le calibre a fait ses preuves, peut être facilement réglé dans les normes chronométriques et est réparable par le premier horloger digne de ce nom. La montre emmène un verre saphir légèrement bombé qui lui confère encore plus de charme, son étanchéité modeste à 50 m lui permet néanmoins d'envisager une baignade tranquille et l'aspect mat de son boîtier dissimulera davantage les micro-rayures. Quand on voit le tarif pratiqué par certaines ''boutique watch'' embarquant des mouvements plus bas de gamme, vous auriez tort de vous priver de l'expertise d'Hamilton, vénérable maison née en 1892, et qui a toute légitimité pour ressortir une montre d'origine militaire.

Photo de Sylvain Vétaux

posté par :
Sylvain Vétaux

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 06 février 2018 à 09:39 cécile dit : sport auto sport auto auto sport non je ne vois pas de rapport avec les montres même si les fabricants sont très présents en sponsor du sport auto mais je ne vois pas ici d'articles sur les huiles les pneus et autres sans tenir compte des alcools et cigarettes ou autres boissons énergisantes. donc pourquoi les montres ? On s'en est passé ces dernières semaines et c'était très bien comme leur présence dans le magazine n'est pas étrangère à l'arrêt de mon abonnement.