F1 - Renault veut augmenter le quota de moteurs

F1 - Cyril Abiteboul veut augmenter le quota de moteurs pour 2018

Cyril Abiteboul espère une augmentation du quota de moteurs pour la saison 2018. Le patron de Renault a peu de chances d'obtenir gain de cause.

Les pilotes n'auront plus que trois moteurs pour l'ensemble de la saison, et certains éléments seront limités à deux exemplaires. Cette décision risque de faire exploser le nombre de pénalités : fin 2017, avec un quota de quatre moteurs, les sanction à répétition avaient déjà fait naître de nombreuses critiques.

Du côté de Renault, on espère encore du changement. Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, estime que le constructeur saura faire un moteur assez fiable, mais il aimerait que le quota soit revu à la hausse pour la saison 2018.

« C’est un casse-tête, mais un casse-tête connu, » a déclaré le Français à Sky Sports News. « Nous savions que cela arrivait donc nos projets et notre stratégie ont été prévus en conséquence. A ce stade, rien n’indique qu’il faudrait dévier de ce projet. »

« Cela étant dit, je ne pense toujours pas que c’est bénéfique pour la Formule 1 et nous allons encore essayer (de changer ça) lors de nos prochaines discussions avec la FIA, la FOM et les autres équipes, parce que je ne pense pas que cela ait du sens, pour qui que ce soit. »

Un changement est peu probable

Cyril Abiteboul n'est pas le seul à s'interroger sur ce quota. Fin 2017, Lewis Hamilton a manifesté son opposition et Christian Horner, le patron de Red Bull, a jugé la nouvelle limite « complètement folle ». Un changement de règlement pour la saison 2018 reste pourtant peu probable.

Pour augmenter le quota, il faudrait une unanimité parmi les équipes mais Mercedes et Ferrari refusent de revenir en arrière. Les deux motoristes veulent profiter de leur avantage dans la fiabilité et surtout des investissements faits ces derniers mois pour allonger la durée de vie des moteurs.

Toto Wolff rappelle à Christian Horner que ce quota plus faible a également pour but de fabriquer moins de moteurs par an, et de réduire par la même occasion les coûts pour les équipes clientes... comme Red Bull.

« Si c’est "complètement fou", il n’aurait pas dû tout faire pour un moteur moins cher, et il n’aurait pas accepté un accord qui implique qu’en échange d’un prix plus faible, nous passions à trois moteurs, » expliquait le patron de Mercedes Motorsport à Sky Sports en novembre.

« Tous les constructeurs ont voulu, ou fortement encouragé, une réduction du prix pour les clients, c’est ce que nous avons fait, et c’en est la conséquence. Dans mon souvenir, tout le monde était là. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

jeudi 08 février 2018 à 19:22 jpo dit : Des millions dépensés pour fiabiliser les moteur, des moteurs fiabilisés vendus plus cher, je ne vois pas où sont les économies. Mercedes a fait péter entre 80 et 100 moteurs au banc pour ce nouveau règlement, c'est du foutage de g....

mercredi 07 février 2018 à 22:11 samousse99 dit : il dit pas la vérité

mercredi 07 février 2018 à 20:13 Mr IXE dit : Dans les règles du marché actuel quand un produit se fait rare son prix augmente du fait de l'offre qui baisse...bizarre la version de Toto.