Publié le 20/02/2018 à 17:00

F1 - Renault continue à renforcer ses usines

F1 - Renault fait de gros efforts pour renforcer ses usines

Renault renforce ses usines châssis, avec des outils modernisés et plus de 100 recrues, et moteur, avec un nouveau bâtiment bientôt en construction.

Renault a fait de gros investissements depuis son retour en Formule 1, il y a deux ans. La Renault R.S.18 a été conçue dans deux usines, celle du châssis, à Enstone en Angleterre, et celle du moteur, à Viry-Chatillon en France. Renault a surtout transformé Enstone, avec des effectifs en hausse de plus de 35% et des installations renforcées et modernisées.

« Nous avons deux sites aux fonctions et aux histoires distinctes, » explique Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing. « Il faut moderniser Enstone pour aller de l'avant. Parmi les nombreux projets, nous avons acquis de nouvelles machines-outils, le département composite a beaucoup évolué, des cabines de peinture ont été mises en place, des outils dédiés à la CFD (l'étude de la dynamique des fluides sur ordinateur) ont été mis en service et nous avons créé de nouvelles surfaces pour accueillir nos effectifs en pleine croissance. L'an dernier, nous avons recruté plus de cent personnes, dont des acteurs très respectés de notre sport. D'autres nous rejoindront dans les mois à venir. »

Bob Bell salue cette évolution : « Nous disposons d'un nouveau supercalculateur CFD à la pointe de la technologie, » explique le directeur technique de Renault. « Notre soufflerie a également reçu une mise à jour importante l'an passé. Le nouveau banc de boîte de vitesses sera opérationnel avant le début de la saison. Ces trois éléments nous offrent un énorme potentiel. »

L'usine de Renault a pris une nouvelle ampleur, comme l'explique Bob Bell : « Les lieux ont beaucoup changé avec de nouveaux espaces en construction, » souligne-t-il. « Les méthodes de travail ont beaucoup évolué, mais nous avons conservé l'esprit d'Enstone : son désir de réussir et son refus de l'abandon et de la défaite. Physiquement, les installations ont beaucoup changé avec de nouveaux employés et de nouvelles fonctions dans nos bâtiments. Tout cela s'est intégré grâce à une très bonne approche et un excellent esprit d'équipe. »

Renault va encore renforcer Enstone : « Toute l'organisation est en croissance avec davantage de talents pour accélérer notre rythme de développement. Depuis le rachat par Renault, Enstone a énormément progressé et suit parfaitement la trajectoire définie s'étalant sur plusieurs années. »

Nick Chester, déjà directeur technique avant le rachat de Lotus par Renault, sent le changement : « L'Enstone d'aujourd'hui est très différent de celui de 2016, » estime-t-il. « Des installations et des équipements récents et modernes entraînent de meilleures méthodes pour un meilleur produit final. Même des détails comme la nouvelle cantine comptent ! L'ambiance est bonne, les recrues se sont bien intégrées et l'esprit y est plus ouvert que jamais. »

Un nouveau bâtiment à Viry-Chatillon

L'usine moteur subit moins de chamboulements. Abiteboul privilégie la continuité: « La stabilité de Viry offre une plateforme sur laquelle nous pouvons nous appuyer dans notre progression. Nous y avons une équipe rationalisée, dotée d'une gestion et de pratiques efficaces. Cela nous permet de produire des groupes propulseurs à même de s'imposer. Le plus beau témoignage de la qualité de notre moteur est le choix fait par Red Bull Racing et McLaren. »

Renault va cependant faire évoluer cette usine également. Rémi Taffin, le directeur technique moteur, annonce un nouveau bâtiment bientôt en construction : « Viry dispose d'un plan à long terme, » indique-t-il. « Nous assisterons bientôt à des changements plus importants. Viry dans un premier temps s'est concentré sur les détails et des améliorations spécifiques. Cela étant, Viry est constitué de trois bâtiments qui ont respectivement vingt, trente et quarante ans. Nous devons donc nous assurer d'en faire un lieu de travail performant et agréable pour nos employés. »

« Nous procédons à des mises à niveau et un nouveau bâtiment verra le jour en 2019 pour que nous soyons à la hauteur des enjeux et aux standards de la Formule 1. Nous voulons entrer dans une nouvelle ère et nous aspirons à voir nos usines être conformes aux dernières normes. Comme tout sport, la F1 continuera d'évoluer et nous devons faire pareil. »

Les deux entités communiquent mieux

Au delà du travail sur les usines elles-mêmes, Renault fait le nécessaire pour améliorer la communication entre les deux entités. Des trois constructeurs qui fabriquent châssis et moteur, Renault est le seul étalé sur deux pays. La relation entre Enstone et Viry se renforce mois après mois.

« Progressivement, elle devient de plus en plus forte, » indique Bell. « C'est une relation de longue date puisque nous avons déjà été ensemble il y a longtemps. Elle se développe toujours et de plus en plus de sujets sont étudiés de concert. Nous ne faisons pas qu'installer le moteur dans la monoplace, nous parlons aussi de techniques d'ingénieurs, de méthodologies et de gestion de la chaîne d'approvisionnement entre les deux sites. Nous travaillons aussi beaucoup plus étroitement avec Viry pour anticiper les besoins et nous mettre d'accord sur les principaux éléments de nos futures voitures. »

L'harmonie entre les deux usines est de plus en plus forte : « Je me réjouis de voir que nos deux sites travaillent de mieux en mieux ensemble, » déclare Abiteboul. « Le meilleur exemple est survenu lors de la dernière course de l'année à Abu Dhabi. Nous savions que la tâche était rude pour finir sixième, mais Viry et Enstone se sont mobilisés comme un seul homme pour y arriver. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez