F1 - McLaren ravie de l'installation du V6 Renault

F1 - McLaren préfère l'installation du moteur Renault à celle du V6 Honda

McLaren voit des avantages à l'installation du moteur Renault dans sa monoplace, très différente de celle qu'imposait le V6 Honda.

La McLaren MCL33 est visuellement très proche de la monoplace de la saison passée mais sous la carrosserie, tout change. McLaren a abandonné le moteur Honda, très décevant ces trois dernières saisons, pour celui de Renault et ces deux moteurs ont une installation très différente. McLaren a dû totalement revoir la disposition des éléments en peu de temps.

« Ce changement est très important, » souligne Tim Goss, le directeur technique de McLaren. « Même si les règlements imposent les dimensions du moteur aux constructeurs, la disposition du moteur et son architecture varient énormément. »

« Il y a deux familles de moteurs actuellement, le concept de Mercedes et de Honda, avec le compresseur à l'avant du moteur, la turbine à l'arrière, le MGU-H dans le V; et l'approche de Ferrari et de Renault, où le turbo est à l'arrière du moteur, et le MGU-H à l'avant du V. »

« Ces deux approches ont leurs points forts et leurs points faibles, et en fait je suis un assez grand fan de l'approche de Renault. Ce changement a eu de grosses conséquences sur l'installation du moteur. La disposition du Renault nous permet d'avancer le moteur, mais le compresseur est à l'arrière, donc il faut mettre les sorties d'échappement devant sans gêner l'installation. »

McLaren avait anticipé le changement

Toro Rosso est habituée aux changements d'architectures : l'équipe a eu un moteur Renault en 2015, Ferrari en 2016, Renault en 2017 et elle adopte celui de Honda cette année. Ce n'est pas le cas de McLaren, qui n'a eu que les moteurs Mercedes et Honda dans l'ère des groupes propulseurs. L'équipe s'était préparée au passage au moteur Renault avant même de signer le contrat.

« Nous avons dû redessiner l'arrière du châssis, la zone autour de la boîte de vitesses, la suspension arrière et le système de refroidissement, » explique Goss. « Il a fallu deux semaines d'efforts intenses pour tout faire. Mais nous y étions un peu préparés, parce que nous savions que c'était possible, et ce que les gens peuvent faire en si peu de temps, quand l'info tombe et qu'on a une mission claire, est incroyable »

« Donc nous avons un package très soigné, les designers de la boîte de vitesses et de la suspension arrière ont fait un travail incroyable pour tout redessiner. »

Tim Goss salue ses équipes : « Nous avons un groupe d'ingénieurs très uni. Il y a une très bonne communication entre nous, donc nous avons pu prendre des décisions fortes rapidement, puis passer à autre chose. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez