Aston Martin DB11 Volante : douceur de vivre

L'Aston Martin DB11 2018 se décline en cabriolet, avec le V8. Bientôt à l'essai.

Avec le printemps, la belle anglaise se déshabille. Pour le plaisir des yeux? Pas seulement. Aston promet une bonne dose d'adrénaline et la lance en V8 biturbo.

Sorti en 2016, le sculptural coupé tombe le haut avec le retour des beaux jours. Sans surprise, la Volante, actuellement visible au salon de Genève, conserve son sex appeal en intégrant parfaitement la capote, le système anti-retournement, l'aileron amovible, l'ouïe sur le coffre (fente). La pureté de l'arrière est préservée. En revanche, la capacité du coffre en prend un coup. Heureusement, cette GT adepte des vols long courrier conserve deux places arrière de dépannage. Aston s'attarde sur le couvre-chef, composé de 8 épaisseurs et se manipulant jusqu'à 50 km/h : 14'' pour voir le soleil et 16'' pour être à l'abri. Il précise que la toile a été soumise à 100 000 cycles de maltraitance en chambre spéciale et testée dans les pires conditions à travers le globe. « Une Volante a toujours apporté quelque chose de très spécial : une unique combinaison de style élégant, de capacités dynamiques innées et un engagement sensoriel qui supplante celui des autres cabriolets » avance fièrement le Président Andy Palmer.

Développement conjoint

Ces belles paroles ne font pas oublier le souci majeur d'un cab' : la baisse de rigidité. Le constructeur rétorque que le décapsulage a été prévu dès le développement du coupé et que la structure alu a été imaginée en conséquence. Des renforts sont tout de même ajoutés au niveau des montants de pare-brise. « Nous avons tiré parti de la nouvelle structure collée pour la Volante, plus légère de 26 kg et 5 % plus rigide par rapport à son aînée » précise Max Szwaj, responsable technique. C'est tout ? La comparaison avec l'ancêtre DB9 basée sur la plate-forme alu VH fait sourire. Et par rapport au coupé DB11 ? Silence radio. Le surpoids est quant à lui divulgué et s'élèverait à 50 kg. Cette hausse est contenue par de nouvelles jantes forgées, allégeant chaque roue de 2 kg, au bénéfice des masses non suspendues. « Résultat, la Volante combine de meilleures performances et une plus grande agilité à un confort à la hausse » ajoute-t-il. Le système de freinage (acier) se calque sur celui du coupé, alors que la suspension est entièrement reparamétrée. Rappelons que la DB11 embarque d'office des amortisseurs pilotés, mais aussi un différentiel actif, trois modes de conduite (GT, Sport et Sport+), une direction à assistance électrique et une boîte auto à huit rapports rejetée à l'arrière. Cette dernière, liée au moteur par un arbre de transmission en carbone, permet de rééquilibrer les masses : 47 % sur l'avant. Si le dynamisme de la lourde anglaise - chaussant des Bridgestone dédiés S007 ! - n'effraiera pas le gratin des GT, il devrait séduire par son équilibre et sa motricité. Vous saurez tout à propos de ses capacités dynamiques dès le 23 mars, dans le daté avril de Sport Auto.

V8 super start

A la surprise générale, Aston met en avant le « petit » V8 AMG au lancement, pour réduire la moyenne de ses émissions de CO2... Et l'amende versée à l'Union Européenne. « Nous sommes fiers de notre partenariat avec AMG et libres de modifier le caractère du V8 à notre guise » clame haut et fort Ulrich Schäfer, Président Aston pour l'Europe. Il y a de quoi, puisque le 4 litres biturbo à injection directe déborde de tempérament et secoue les tympans. Il se passe ici de carter sec et développe 510 ch, loin de la configuration maxi réservée aux E et S 63 AMG : 612 ch ! Logique, le V12 biturbo anglais ne va pas plus loin (608 ch pour le moment) et sera lancé dans un second temps. Le V8 suralimenté propulserait le cab' de 0 à 100 km/h en 4''1 et jusqu'à 300 km/h. Soit des performances très proches du coupé 4.0. La DB11 Volante déboule juste avant le big bang Aston, marqué par le lancement des Vantage, Vanquish et SUV DBX en 2019. Sans oublier la supercar Valkyrie et la RapidE électrifiée. Ce programme ultra-audacieux fait partie du plan 2022 à l'investissement record. Cela n'a pas l'air d'effrayer Andy Palmer, détendu et confiant, qui annonce des revenus en hausse de 19,5 % par rapport à 2016.

Ce qui change

La DB11 perd sa coiffe avec style - en étant fidèle à la capote - et promet d'être dynamique. Elle est lancée uniquement en V8 biturbo, mais ne fait pas une croix sur le V12 biturbo. Même si la Volante fait des efforts en matière de structure et de répartition des masses, un gros doute subsiste sur ses velléités sportives avec une telle masse et une philosophie accès sur le Grand Tourisme. Les sensations sonores devraient être renforcées, comme la polyvalence.

Les récentes Volante

Produite entre 1996 et 1999, la DB7 Volante en impose par son charisme et sa sonorité suggestive. La boîte auto gâche le plaisir, contrairement à la suspension très prévenante. Elle embarque un V12 5,9 litres de 420 ch et pèse 1 887 kg. D'une classe intemporelle, la DB9 Volante produite entre 2005 et 2015 se focalise sur le grand tourisme. Reposant sur la plate-forme VH en alu, elle reste imposante (1 908 kg) et émeut par son V12 atmo de 450 ch. En attendant son remplacement en 2019, la Vanquish S Roadster sortie en 2015 repose sur l'ancien châssis alu, tout en étant recouverte de carbone. Son atout de taille ? Le V12 atmo envoûtant de 600 ch.Mais elle pèse tout de même 1 844 kg.

Quelques données

Voici quelques données techniques sur la déclinaison cabriolet de la DB11 V8, que vous retrouverez à l'essai dans le numéro d'avril de Sport Auto, en kiosques dès le 23 mars. Ce superbe sujet Grand Format  vous mènera de Cannes jusqu'au célèbre Nürburgring !
> V8 biturbo, injection directe, 4 litres, 510 ch à 6 000 tr/mn, 68,8 mkg à 2 000 tr/mn
> Transmission : aux roues arrière, boîte 8 autos
> Poids : 1 870 kg
> Perfs : 0 à 100 km/h en 4''1, 0 à 160 km/h en 8''8, 300 km/h
> Tarif : à partir de 200 672 €

Photo : Adrien Cortesi/EMAS

Photo de Julien Diez

posté par :
Julien Diez

Réagissez