Publié le 27/03/2018 à 14:17

F1 - Comment Brawn travaille sur les dépassements

F1 - Ross Brawn travaille sur les dépassements

Ross Brawn déplore le manque de dépassements au Grand Prix d'Australie. Un groupe d'études a été mis en place pour corriger ce problème en 2021.

Melbourne a offert cinq dépassements cette année, un de moins qu'en 2017. Ce circuit n'est pas le plus favorable aux dépassements mais Ross Brawn aurait aimé en voir plus. Le manager de la F1 a conscience que le championnat doit travailler sur cette question.

« Le Grand Prix d'Australie a offert beaucoup de choses aux près de 300 000 spectateurs qui sont venus sur l'Albert Park de Melbourne durant le week-end, et aux centaines de millions de personnes qui l'ont regardé à la télévision ou sur les réseaux sociaux, » estime-t-il. « Mais un ingrédient faisait défaut, les dépassements, parce qu'il y en a eu très peu dans cette première manche. »

« Il est vital que voitures puissent se suivre et disputer la course roues contre roues. Quand l'écart de performance entre deux voitures est faible, il est presque impossible pour le pilote de derrière de se rapprocher suffisamment pour se lancer dans une attaque. »

« Nous l'avons vu entre Hamilton et Vettel, entre Verstapen et Magnussen, encore entre le Néerlandais et Alonso, et entre Ricciardo et Räikkönen. Imaginez le nombre de bagarres roues dans roues que nous aurions pu avoir ! Et pour la première fois, nous avions une troisième zone de DRS pour augmenter les chances de dépassement. »

La F1, la FIA et les équipes travaillent sur la question

Comment répondre à cette problématique ? L'aérodynamique des monoplaces est le facteur principal. Lorsqu'un pilote revient derrière un concurrent, il subit des turbulences aérodynamiques, un phénomène qui le prive d'appuis, donc de stabilité, et au final de performance.

La solution préconisée par Alexander Wurz, ancien pilote de F1 et double vainqueur des 24 Heures du Mans, est de réduire l'influence des ailerons avant, pour que la perte aérodynamique derrière un pilote se fasse moins ressentir.

Ross Brawn travaille sur des solutions avec un groupe dédié. Il veut que la prochaine génération de monoplaces, prévue pour 2021, permette aux pilotes de se suivre plus facilement, tout en maintenant le niveau de performances actuel, le meilleur de l'histoire.

« Sans apporter une approche structurée au problème, la situation ne s'améliorera pas, » estime Brawn. « Un de nos objectifs, actuellement à l'étude avec la FIA et les équipes, et d'avoir des voitures qui permettent aux pilotes de vraiment se battre en 2021. »

« Pour y parvenir, la FIA et la F1 ont mis en place un programme de recherche sur l'aérodynamique, avec les modèles de deux voitures, en soufflerie et en utilisant la CFD (une soufflerie simulée sur ordinateur). »

« Nous devons faire évoluer le concept des voitures pour conserver un niveau de performances proche de celui que nous avons actuellement, mais permettre des courses roues contre roues. »

« Le public de la Formule 1 veut voir un meilleur spectacle et les dépassements sont l'élément le plus excitant et spectaculaire qu'on peut avoir en piste. Toute la communauté de la Formule 1 doit faire un effort pour satisfaire ce besoin, parce que les supporters sont ce que nous avons de plus précieux. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

mercredi 28 mars 2018 à 08:39 CarCircus dit : Ils vont nous sortir un logiciel pour doubler, rentrer au stand au bon moment, éviter la SC, franchement la F1 n'est plus que l'ombre d'elle même.

mardi 27 mars 2018 à 18:41 ah_teapeak dit : Franchement l'aéro en F1 ça en devient inextricable qu'ils prennent exemple sur l'Indy Car beaucoup plus simple et ça marche.

mardi 27 mars 2018 à 18:01 jpo dit : Un aileron avant simplifié et un dessous de caisse profilé, et voilà.