F1 - Gasly apprécie les difficultés de Bakou

F1 - Pierre Galsy aime les spécificités de Bakou

Pierre Gasly apprécie les particularités de Bakou, sa longue ligne droite et son virage très étroit. Il y a brillé en GP2.

Pierre Gasly va rouler dans une Formule 1 à Bakou pour la première fois ce week-end. Il apprécie les particularités de ce tracé.

« Bakou est un circuit excitant parce qu’avant tout, c’est un circuit urbain, il y a des murs partout qui font que le risque est deux fois plus élevé, mais les caractéristiques de la piste entrent aussi en compte, avec cette longue ligne droite, » estime le Français. « C’est super rapide ! La vitesse de pointe était vraiment élevée en Formule 1 l'an dernier, donc c’est très excitant mais aussi risqué. »

« Je suis ravi d’aller là-bas. L’an dernier, j’ai assisté à la course dans mon rôle de pilote de réserve et c’était l’une des plus passionnantes de la saison, donc je suis ravi d’y participer cette année et j’espère que cela se passera bien pour nous. »

Gasly a de bons souvenirs de ce circuit en GP2. En 2016, l’année de son titre, il a abandonné dans la première course mais il a réalisé une spectaculaire remontée dans le seconde : « J’ai fini deuxième (...), c’était une belle course, je me suis battu pour la victoire jusqu’au dernier tour, » rappelle-t-il. « J’étais parti 18ème et j’ai fini deuxième... C’était une course folle mais je m’en souviens bien ! »

Un virage très étroit et une longue ligne droite

Le circuit de Bakou a plusieurs portions très différentes les unes des autres. Autour du château, un virage est large de 7,6 mètres seulement.

« Je pense que c’est le virage le plus étroit du championnat, » indique Gasly. « C’est intéressant à chaque passage, parce qu’on est à quelques centimètre des barrières à chaque tour, donc il faut être très concentré... Ce n’est pas le genre de piste où on peut sortir un peu plus large sur le vibreur extérieur. Si on sort de seulement quelques centimètres, on va directement dans le mur et c’est fini ! »

Les pilotes passent ensuite dans une portion beaucoup plus rapide : « La milieu du circuit est très technique et c’est excitant, on ne peut pas doubler à cet endroit, puis il y a la ligne droite et on commence à avoir des possibilités de dépassement. La ligne droite donne une vraie sensation de vitesse parce que les murs sont proches, et c’est encore plus rapide quand on freine pour le premier virage ! »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez