F1 - Ferrari satisfaite des discussions pour 2021

F1 - Ferrari satisfaite des discussions avec Liberty

Ferrari sent un « changement d’attitude » positif de Liberty dans les discussions pour 2021. L'aspect technique séduit plus la Scuderia que l'aspect économique.

Depuis l'an dernier, la Formule 1 prépare sa révolution pour 2021. Les règlements châssis et moteur devraient profondément évoluer et Liberty Media, en charge de l'aspect commercial du championnat depuis début 2017, veut aussi revoir le mode de gouvernance et la distribution des revenus.

Liberty a dans un premier temps dû affronter l'opposition de Ferrari. La Scuderia était surtout mécontente des propositions autour de la motorisation et elle menaçait de quitter la F1.

Liberty a depuis présenté sa feuille de route pour 2021, qui met notamment l'accent sur un groupe propulseur distinct selon les motoristes. Sergio Marchionne, le Président de Ferrari, voit ces propositions d'un bon oeil.

« C’est le début, je pense que les discussions avec Liberty se termineront en fin d’année, » a déclaré l’Italien selon Motorsport Week. « Je suis encouragé par le changement d’attitude de la part de Liberty. »

« Le signe le plus fort est probablement la reconnaissance du fait que les règlements moteurs doivent refléter la nature du championnat et qu'il est impossible de renoncer au développement des moteurs uniquement pour favoriser l’arrivée de nouveaux entrants. »

Ferrari veut surtout négocier l'aspect financier

Ferrari attend surtout un revirement de situation dans les propositions autour de la réduction des dépenses. Liberty propose notamment de mieux répartir les revenus, ce qui pourrait réduire l'avantage financier dont bénéficie Ferrari.

« Les idées proposées sont potentiellement viables, l’aspect économique ne l’est pas, et c’est une chose dont nous devons rediscuter avec Liberty, » précise Marchionne.

Comme toujours dans l’histoire de Ferrari, le développement du moteur est jugé plus important que le développement aérodynamique. Sergio Marchionne semble prêt à accepter un plafonnement des budgets, mais uniquement pour l’aérodynamique.

« Il y a la possibilité de supprimer certains coûts de recherche et développement dans l’aérodynamique, dont les bénéfices sont, à mes yeux, marginaux, » explique-t-il. « On peut y remédier en accepter des limites sur les dépenses autour du châssis. »

« Pour nous, le plus important est de ne pas toucher à la nature du développement technique du groupe propulseur, c’est au coeur de l’activité de Ferrari. »

Marchionne demande un « équilibre » et il maintient ses menaces : « Si nous ne trouvons pas (cet équilibre), nous partirons, » insiste-t-il. « Nous n’en sommes pas là, nous devons faire de gros efforts pour résoudre ces questions. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez