F1 - Ferrari va devoir modifier ses rétroviseurs

F1 - Ferrari va devoir enlever les ailettes de ses rétroviseurs

Ferrari va devoir enlever les ailettes situés sur ses rétroviseurs à Barcelone. La FIA veut clarifier ce qui est autorisé autour du halo.

Ferrari a utilisé de nouveaux rétroviseurs à Barcelone. Ils ont été fixés sur le halo (photos), ce qui est autorisé, mais la Scuderia en a profité pour ajouter une ailette sur chacun des deux, avec également une tige reliant l'ailette au rétroviseur sur l'extrémité.

Ferrari exploitait ainsi une zone floue dans le règlement : les équipes ont le droit de fixer des éléments aérodynamiques sur 2cm autour du halo mais les montants des rétroviseurs sont obligatoirement en dehors de cette limite. Seuls les éléments destinés à améliorer la visibilité peuvent dépasser la limite des 2cm. C'est dans ce cadre que les ailettes ont été ajoutées, avec les ailettes intégrées aux montants.

Pour Ferrari, ces ailettes étaient une partie des rétroviseurs mais pour des équipes rivales, il s'agissait d'éléments uniquement aérodynamiques. La FIA a donné raison aux équipes rivales de Ferrari.

« C’est une interprétation libre du mot "montant", » a précisé Charlie Whiting, le délégué technique de la FIA, au site officiel de la F1. « C’est ce qui a fait que c’était légal (à Barcelone), parce que des éléments de carrosserie sont interdits dans la partie supérieure. L’interprétation réside dans le fait que ce soit un montant ou pas. Nous pensons que non, donc nous allons agir. »

Aux essais de Barcelone, les ailettes étaient encore présentes sur les Ferrari, même si la décision a été prise durant le week-end.

Ferrari a défendu l'élément

Ferrari a trouvé des arguments pour défendre ses ailettes, en vain : « (Ferrari) pense que (l’ailette) contribue à la rigidité du rétroviseurs, » précise Whiting. « C’est une question d’interprétation. »

Dans les faits, ces éléments devraient donc être interdits : « On peut le dire, » précise Whiting. Mais les ailettes ne sont pas pour autant illégales pour le moment : « Si c’était une infraction claire au règlement, nous n’aurions pas autorisé qu’ils les utilisent (à Barcelone). Mais nous voulions clarifier la situation. »

Whiting va publier une directive technique et si Ferrari maintient les ailettes, l’affaire sera « probablement » placée dans les mains des commissaires de course.

L'Anglais ne se prononce pas sur l’avantage aérodynamique apporté par les ailettes, mais il pense qu’il existe : « Je doute qu’elles seraient là s’il n’y avait pas un avantage aérodynamique mesurable, mais il n’y a pas besoin que ce soit un gros (avantage pour que l’élément soit là) de nos jours, » précise-t-il.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

vendredi 18 mai 2018 à 12:20 rexounet dit : et si on parler de la tricherie mercedes avec l'aide de la fia ça aurait etait mercedes qui l'avait la fia l'aurai autorisé la ses une rival de mercedes qui depuis le debut de la saison est devant mercedes,on interdit leur trouvaille

jeudi 17 mai 2018 à 19:11 CarCircus dit : En plus de modifier la batterie, sans la triche, il sont toujours derrière Mercedes, Vettel va devoir trouver ailleurs les ressources pour battre Lewis, même Bottas risque d'être devant, si RB trouve un peu de performance, ça risque d'être compliqué pour la scuderia.