Trophy, la nouvelle plongeuse de Michel Herbelin

Michel Herbelin Trophy 42 mm étanche à 300 m avec mouvement automatique

Adepte de la montre habillée, Michel Herbelin élargit son offre avec la Trophy, première plongeuse dans sa gamme depuis dix ans. Son prix est très attractif.

C'est à l'occasion de la dernière édition de la Porquerolles Classique, régate qui réunissait début juin de superbes yachts, que la maison horlogère française a présenté sa nouvelle réalisation. On est loin des codes stylistiques habituels avec des lignes plus massives et sportives. La Trophy, puisque c'est son nom, est taillée pour la vie maritime. Lunette à ergots unidirectionnelle avec repère triangulaire luminescent, étanchéité à 300 m, aiguilles épaisses, couronne vissée, gros index : elle a tous les atouts pour affronter les fonds marins et autoriser une lecture de l'heure en toute circonstance. Le diamètre de 42 mm est supportable en raison d'une ouverture de cadran modeste.

Couleur au choix

Le mouvement automatique est un Sellita SW-200 1, généreusement empierré (26 rubis) mais n'assurant que 36 heures d'autonomie. La Trophy est commercialisée avec deux cadrans : un bleu grainé ou ce très réussi gris météorite, à la texture qui fait parfaitement illusion, comme si Michel Herbelin l'avait réellement taillé dans un rocher céleste. Le verre saphir est évidemment de rigueur et il est traité antireflets. Robuste, très lisible et polyvalente, la Trophy de Michel Herbelin se singularise aussi par son rapport qualité/prix qui fait mal. Sur bracelet cuir (on adore les petites surpiqures), elle est facturée 750 €. Sur acier, l'addition grimpe à 790 €. Pour une montre automatique à calibre suisse, produite par une maison dont l'histoire n'est plus à démontrer et dont le boîtier acier alterne magnifiquement poli et brossé, c'est plus qu'alléchant...

Photo de Sylvain Vétaux

posté par :
Sylvain Vétaux

Réagissez