24H du Mans - Doublé Toyota, les rivaux au contact

24H du Mans - Toyota en tête pendant les essais libres

Kamui Kobayashi a été le plus rapide dans les essais libres des 24 Heures du Mans, avec la Toyota N°7. La concurrence est proche du constructeur.

La Toyota N°7 (Conway/Kobayashi/Lopez) a pris la tête assez tôt dans la séance. Kamui Kobayashi a amélioré le meilleur temps dans les dernières minutes. Deuxième place pour la Toyota N°8 (Buemi/Nakajima/Alonso). Sébastien Buemi a réalisé le meilleur temps du prototype sous le drapeau à damier. La N°8 était assez en retrait jusque là.

Thomas Laurent a placé la Rebellion-Gibson N°3 (Laurent/Beche/Menezes) à la deuxième place. Il s'est rapproché à 0''708 de la voiture de tête à la toute fin de la séance. La BR-Gibson Dragonspeed (Hedman/Hanley/van der Zande) a pris la quatrième place, devant la BR-AER SMP N°11 (Petrov/Aleshin/Button).

La première séance de qualifications aura lieu de 22h00 à minuit. 

Porsche domine en GT

Jean-Eric Vergne a réalisé le meilleur temps en LMP2, au volant de l'ORECA-Gibson G-Drive (Rusinov/Pizzitola/Vergne). Le leader de la Formule E devance l'ORECA-Gibson IDEC (Lafargue/Chatin/Rojas), dont le meilleur temps a été réalisé par Paul-Loup Chatin, et l'Oreca-Gibson TDS (Perrodo/Vaxivière/Duval).

En GTE Pro, les Porsche ont signé un triplé. Patrick Pilet a placé la N°93 (Pilet/Tandy/Bamber). Il a devancé la N°92 (Christensen/Estre/Vanthoor) et la N°91 (Lietz/Bruni/Makowiecki).

Enfin, en GTE Am, c'est aussi une Porsche qui a été la plus rapide, la N°88 (Cairoli/Al Qubaisi/Roda) de Dempsey Proton, pilotée par Matteo Cairoli. La Porsche Gulf (Wainwright/Barker/Davison) termine à la deuxième place, devant la Ferrari Spirit of Race (Flohr/Castellacci/Fisichella).

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

mercredi 13 juin 2018 à 21:11 CarCircus dit : Le pire qui pourrait arriver à Toyota, et de ne voir aucune voiture à l'arrivée, pour Alonso, c'est un rêve qui risque de ne jamais concrétiser.

mercredi 13 juin 2018 à 21:11 CarCircus dit : Le pire qui pourrait arriver à Toyota, et de ne voir aucune voiture à l'arrivée, pour Alonso, c'est un rêve qui risque de ne jamais concrétiser.