24H du Mans - Toyota signe un doublé, Alonso gagne

24H du Mans - Doublé des Toyota, Fernando Alonso s'impose avec la N°8

La Toyota N°8 de Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima a remporté les 24 Heures du Mans. Le constructeur signe un doublé.

Toyota s'impose enfin. Les 24 Heures du Mans ont souvent été cruelles pour le constructeur japonais, qui n'avait jamais connu le succès dans ses 18 premières participations. La 19ème, sans véritable rival, a été la bonne. La N°8 de Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima s'est imposée après avoir dominé la fin de l'épreuve. Elle a devancé la N°7, confiée à Mike Conway, José-Maria Lopez et Kamui Kobayashi.

C'est aussi une première victoire pour Fernando Alonso, dès sa première participation. Le double champion du monde de F1 se rapproche de son rêve de la Triple Couronne. Après ses succès au Grand Prix de Monaco et aux 24 Heures du Mans, il doit maintenant s'imposer aux 500 miles d'Indianapolis, où il a passé plusieurs tours en tête en 2017.


La course a longtemps été disputée entre les deux Toyota, avec des écarts faibles. Elles se sont échangées la première place plusieurs fois jusqu'à la soirée. La N°7 a pris l'avantage et elle a bénéficié d'une pénalité d'une minute pour la N°8, pour un excès de vitesse de Sébastien Buemi dans une slow zone. La voiture était à plus de deux minutes mais durant toute la nuit, elle a réduit l'écart et en tout début de journée, Kazuki Nakajima a doublé Kamui Kobayashi, ce qui a rendu la première place à la N°8. Les deux voitures ont été pénalisées d'une minute, pour avoir été trop rapides dans une slow zone, mais cela n'a rien changé.

L'écart s'est creusé et la N°7 a commencé à perdre du temps lorsque José-Maria Lopez a fait un tête-à-queue. La N°7 a perdu ses espoirs de victoire à moins de deux heures de l'arrivée, suite à une incroyable erreur de Kobayashi, qui a oublié de passer aux stands. Il a dû faire un tour au ralenti pour éviter la panne d'essence (vidéo) et il a repris la piste à deux tours de la voiture de tête. La N°7 a ensuite reçu deux pénalités de 10 secondes, une pour avoir trop consommé trop de carburant, l'autre pour avoir fait un relais trop long d'un tour.

La Rebellion-Gibson N°3 (Laurent/Beche/Menezes) complète le podium. Elle devance la voiture soeur, la N°1 (Lotterer/Jani/Senna), retardée dès le départ, lorsqu'Andre Lotterer a perdu son capot avant. La BR-AER SMP N°17 (Sarrazin/Orudzhev/Isaakyan) a longtemps été troisième mais elle a abandonné dans la nuit, à cause d'un problème alors que Matevos Isaakyan était au volant.

Jenson Button n'a pas vu l'arrivée de ses premières 24 Heures du Mans. Sa BR-AER SMP N°11 (Petrov/Aleshin/Button) a perdu deux heures en début de course, à cause d'un souci de capteur dans le moteur, qu'il a fallu démonter. Button a finalement abandonné à moins d'une heure du drapeau à damier, après une casse moteur (vidéo).

Les Porsche s'imposent en GT

En LMP2, l'ORECA-Gibson G-Drive N°26 de Jean-Eric Vergne, Andrea Pizzitola et Roman Rusinov s'impose. Elle a pris la tête assez tôt dans l'épreuve et elle a contrôlé toute la course. L'Alpine-Signatech (Lapierre/Negrao/Thiriet) termine à la deuxième place, malgré un tête-à-queue de Pierre Thiriet. L'ORECA-Gibson Graff-So24 (Capillaire/Hirschi/Gommendy) complète le podium.

La Ligier-Gibson Panis Barthez (Buret/Canal/Stevens) a longtemps occupé la deuxième place mais elle a perdu une heure dans la matinée, à cause d'un problème technique. L'Alpine a récupéré la deuxième position et l'ORECA-Gibson IDEC (Lafargue/Chatin/Rojas) était remontée au troisième rang, mais elle a dû abandonner à cause d'un souci de boîte de vitesses.

Dans la catégorie GTE Pro, la victoire revient à la Porsche N°92 de Kevin Estre, Michael Christensen et Laurens Vanthoor. Elle était dans une lutte très disputée avec la Porsche N°91 (Lietz/Bruni/Makowiecki) et la Ford USA N°68 (Hand/Müller/Bourdais) en début de course, mais la voiture de sécurité lui a donné un avantage décisif, en séparant les voitures dans différents groupes. La N°91 prend finalement la deuxième place, devant la N°68. Sébastien Bourdais, aligné sur la N°68, a longtemps menacé Frédéric Makowiecki, qui roulait dans la N°91, et il était très mécontent des manoeuvres de son compatriote pour se défendre.

Enfin, en GTE Am, c'est également une Porsche qui gagne, la  N°77 de l'équipe Dempsey-Proton, confiée à Julien Andlauer, Christian Ried et Matt Campbell. La voiture a passé l'essentiel de la course en tête. L'équipe est codétenue par le comédien Patrick Dempsey, connu pour son rôle dans Grey's Anatomy. La Ferrari Spirit of Race (Flohr/Castellacci/Fisichella) prend la deuxième place, devant la Ferrari Keating (Keating/Bleekemolen/Stolz), qui a longtemps été deuxième. Elle a perdu du temps en fin de matinée, après une sortie de piste de Ben Keating.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

lundi 18 juin 2018 à 13:29 rigel dit : cool pour nando ;)

dimanche 17 juin 2018 à 20:42 CHAPARRAL dit : Toyota n'est pour rien dans les magouilles et ils ont eu les "c......." de venir au risque de perdre une nouvelle fois ! Quant aux 24 H du Mans ,elles se sont ridiculisées une fois de plus , ce n'est plus une course automobile , mais un spectacle fait de "pace-car" et de "slow-zone"! Et je ne vous parle pas de la prochaine définition des voitures appelées à courir dans l'avenir !

dimanche 17 juin 2018 à 18:00 ah!tipik dit : Il était marrant hier Todt sur FR2 à nous donner des conseils sur la sécurité routiére j'imagine bien Alonso rentrer à 80 en Galice !

dimanche 17 juin 2018 à 17:51 leon dit : Merci Todt/Fillon et le couple FIA/ACO . Grosses magouilles qui ne me donnent pas envie d'acheter une TOY !