F1 - Mercedes assume la stratégie de Bottas

F1 - Mercedes explique la stratégie de Bottas à Silverstone

Mercedes a voulu jouer la victoire en laissant Valtteri Bottas en piste à Silverstone, mais la stratégie n'a pas fonctionné. L'équipe explique son choix.

Mercedes a fait un pari lorsque la voiture de sécurité est intervenue dans la deuxième partie de la course à Silverstone. Les pilotes Ferrari et Red Bull sont passés aux stands mais Valtteri Bottas et Lewis Hamilton sont restés en piste. Les deux pilotes ont gagné des places : Bottas est passé de la deuxième à la première place, alors que Hamilton est remonté de la cinquième à la troisième position.

La stratégie n'a finalement pas fonctionné pour Bottas. En difficulté avec ses pneus usés, le Finlandais a été doublé par Sebastian Vettel, Hamilton et Kimi Räikkönen. Le choix a en revanche était bon pour Hamilton, donc les pneus ont tenu jusqu'au bout. Il avait fait son arrêt quatre tours après Bottas et ses pneus plus frais lui ont permis de ne résister assez facilement à Räikkönen. Après avoir doublé Bottas, il a donc pu garder sa deuxième place jusqu'à l'arrivée.

Même si la stratégie n'a fonctionné qu'à moitié, Mercedes assume sa prise de risque. Si Bottas était passé aux stands, il aurait probablement gardé la deuxième place jusqu'à l'arrivée, mais ses chances de doubler Vettel seraient restées faibles. L'équipe a cependant conscience qu'elle a fait le mauvais choix..

« (Avec le recul), oui, nous aurions fait (autre chose), » reconnaît Andrew Shovlin, le responsable de l'ingénierie de Mercedes, dans une vidéo publiée par l'équipe sur YouTube. « Si nous avions suivi Vettel dans les stands, fait la même chose que lui et pris les tendres, nous n'aurions pas gagné la course parce que nous étions déjà derrière lui en tendres dans le premier relais, et nous ne pouvions pas revenir sur lui. (Vettel) n'aurait eu aucun problème à gérer les pneus dans ce relais court à la fin. »

« Nous avons choisi de jouer la victoire. Nous avions une plus grande chance de gagner la course en tentant quelque chose de différent, rester en piste, laisser Valtteri contrôler la situation, et la question était de savoir si les pneus de Valtteri tiendraient assez longtemps pour qu'il contienne Vettel.  Comme vous l'avez vu, cela n'a pas été le cas. »

Bottas a pu rester devant Vettel après le premier restart, mais pas après le second. Mercedes pense que son pilote a géré la situation du mieux possible : « Valtteri a fait un travail incroyable pour se défendre, pendant plusieurs tours, avant de céder, » explique Shovlin.

Après l'arrivée, Valtteri Bottas restait satisfait de la stratégie de Mercedes : « Il était très content que nous ayons pris cette décision parce qu'il préférait avoir une chance de victoire que d'assurer la deuxième place, » assure Shovlin.

La voiture de sécurité a tout chamboulé

Mercedes avait un tout autre plan avant l'intervention de la voiture de sécurité. Dans le deuxième relais, Bottas avait des pneus en meilleur état que Vettel et il réduisait l'écart. L'équipe voulait mettre la pression sur l'Allemand pour le forcer à faire un deuxième arrêt.

« (Bottas) était à quatre secondes après l'arrêt et quelques tours plus tard, il était à deux secondes, » rappelle Shovlin. « C'était parce que Vettel gérait ses pneus, il savait qu'il devait rester sur une stratégie à un arrêt pour s'imposer. Valtteri avait une dégradation plus lente que Sebastian, donc l'opportunité allait apparaître à la fin de la course, si les pneus de Sebastian perdaient en performance. »

« En fait, cette voiture de sécurité était la plus mauvaise chose qui pouvait arrêter à Valtteri, sa course avait l'air très intéressante en ce qui concerne la stratégie. Si Sebastian était passé sur deux arrêts, Valtteri serait resté sur un (arrêt) et il aurait peut-être gagné. »

Mercedes envisageait aussi de faire un deuxième arrêt pour Bottas, pour piéger Vettel. Le pilote Ferrari n'aurait pas pu repasser aux stands puisqu'il serait probablement reparti derrière Bottas, plus performant grâce à ses pneus neufs. 

« (Bottas) pouvait aussi passer lui-même sur une stratégie à deux arrêts, à laquelle Vettel n'aurait pas pu réagir, » confirme Shovlin. « Donc ses chances ont vraiment été réduites (par la Safety Car) et c'est pour cela que nous l'avons laissé en piste pour voir si la victoire était possible. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mercredi 11 juillet 2018 à 18:35 CarCircus dit : L'écurie Mercedes reste trop conservatrice dans sa gestion des courses, aucune spontanéité, et bien sûr les pilotes d'aujourd'hui n'ont pas leur mot à dire, même quand ils s'appellent Hamilton, Alonso, ou encore Vettel.