F1 - Hamilton avait-il des dégâts sur sa voiture ?

F1 - Hamilton avait peu de dégâts sur sa monoplace à Silverstone

Lewis Hamilton croyait avoir des dégâts après son contact avec Kimi Räikkönen à Silverstone. Il subissait en fait les turbulences des autres voitures.

Après son contact avec Kimi Räikkönen dans le premier tour à Silverstone, Lewis Hamilton a évoqué des dégâts sur sa monoplace. Ils étaient en fait très faible. Hamilton subissait surtout les turbulences aérodynamiques des voitures devant lui, une situation inhabituelle pour Mercedes, puisque l'équipe est rarement confrontée au trafic.

« Il n’y avait pas le de gros dégâts, » souligne Andrew Shovlin, le responsable de l'ingénierie de Mercedes, dans une vidéo publiée par l'équipe sur YouTube.  « Le contact a été assez fort et nous avons été assez chanceux de nous en tirer comme ça. »

« Même si vous avez entendu Lewis se plaindre de dégâts sur le plancher et que nous pensions avoir des dégâts aérodynamiques, en fait c’était juste parce qu’il avait les turbulences des voitures devant lui. Une fois qu’il s’est retrouvé avec le champs libre, il a vu le vrai comportement de la voiture et (...) nous avons pu vraiment comprendre que les dégâts étaient mineurs. »

Hamilton a manqué d'adhérence au départ

Si Lewis Hamilton a été sous la menace de Kimi Räikkönen dans le premier tour, c'est en partie parce qu'il a pris un mauvais départ. Sebastian Vettel et Valtteri Bottas l'ont doublé immédiatement. Mercedes pensait qu'il y aurait plus d'adhérence sur la grille.

« La réponse simple est que nous avons eu du patinage, » explique Andrew Shovlin. « Il y avait un peu moins d’adhérence que ce que nous pensions sur la grille. »

« Nous avons fait des simulations de départ, à Silverstone en général on peut faire des simulations depuis la grille, mais pour une raison inconnue, cela ne s’est pas passé comme prévu dimanche, et dès que nous avons du patinage, nous perdons de la motricité. Cela fait lui a fait perdre des places assez vite. »

Mercedes espère progresser dans ce domaine : « Nous travaillons énormément (à l’usine) pour comprendre cela, parce que nous savons très bien que si nous partons depuis la pole, nous devons prendre un aussi bon départ que les Ferrari, et c’est ce que nous allons essayer de faire à Hockenheim, » précise Shovlin.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

vendredi 13 juillet 2018 à 14:53 Lolo dit : Il est courant que Lewis se plaigne de pannes imaginaires en course.

jeudi 12 juillet 2018 à 15:21 CarCircus dit : Depuis l'époque Rosberg, Lewis a toujours pêché au départ, c'est sa grosse faiblesse.

jeudi 12 juillet 2018 à 15:10 Juju dit : Pour remonter aussi facilement de la dernière à la deuxième place, même aidée par le SC, il était évident que la Mercedes de Lewis Hamilton n'était en rien endommagée.