Publié le 13/07/2018 à 09:52

F1 - Renault a reçu un « avertissement »

F1 - Renault veut se relancer

Cyril Abiteboul estime que Renault doit faire mieux que dans les deux dernières courses. L'équipe est au coeur d'une lutte très disputée.

Renault a pris la quatrième place du championnat à Barcelone. L'équipe française l'a consolidée dans les courses suivantes mais elle reste sur deux Grands Prix difficiles. Renault n'a marqué aucun point au Red Bull Ring et n'a placé aucun pilote en Q3 à Silverstone. Nico Hülkenberg a finalement pris la sixième place en course. Le constructeur fait face à la concurrence de Haas, Force India et McLaren. Cyril Abiteboul estime que des progrès sont nécessaires.

« Nous avons terminé cette période intense en conservant le quatrième rang du Championnat Constructeurs, mais cette place au classement ne reflète pas l'avertissement que nous avons reçu sur les dernières manches de la mi-saison, » reconnaît le directeur général de Renault Sport Racing. « Nous sommes parfaitement conscients que la lutte pour la quatrième place ne sera pas facile et qu'elle se poursuivra toute la seconde moitié d'année. »

« Nous avons sauvé de bons points après de mauvaises qualifications à Silverstone, un circuit qui ne nous était pas favorable. Nico a réalisé une prestation sereine et professionnelle pour finir sixième. Carlos a également pris un excellent départ pour être en mesure de jouer les points, mais un incident de course a mis un terme à nos chances. Ce genre de choses arrive en F1. »

Renault aura des nouveautés en Allemagne : « La principale concerne un nouvel aileron avant, » indique Bob Bell, le directeur de la technologie de Renault. « Nous prévoyons de le valider vendredi. Nous espérons qu'il représentera un pas en avant sur le plan de la performance générale de la voiture et qu'il nous aidera pour le championnat. »

Renault veut dominer le milieu de classement

Renault avait un net avantage sur ses rivales dans les courses qui ont précédé la série de trois Grands Prix en trois week-ends. Les écarts se sont resserrés et l'équipe veut reprendre sa marche en avant.

« Nous devons reprendre la main dans la bataille animant le peloton, » souligne Bell. « Nous l'avons perdue en Autriche, mais nous avons montré notre combativité à Silverstone. Nous nous devons d'être en forme à Hockenheim et cette piste devrait un peu mieux nous convenir que les deux dernières. Comme nous l'avons souvent vu cette année, toute la clé réside dans la gestion des pneumatiques. »

Renault a eu du mal à bien les exploiter récemment : « Nous avons connu différents problèmes sur différents circuits, » explique Bell. « Plus que l'usure en Autriche, des cloques se formaient parce que le caoutchouc était pratiquement en "ébullition" sous la surface. Cela détruit les pneumatiques de l'intérieur et ce n'est pas vraiment une phase d'exploitation normale ! Tout dépendra donc de la piste, et Hockenheim met l'accent sur les pneus arrières. Nous devrons nous assurer qu'ils restent dans la fenêtre idéale de fonctionnement sans surchauffer. »

Haas et Force India ont également progressé : « La lutte se resserre de plus en plus au sein du peloton, » constate Bell. « Ce n'est pas une situation confortable et cela va fluctuer tout au long de la saison. Nous serons plus forts sur certains tracés, tandis que nos adversaires le seront davantage que nous sur d'autres. Nous ne devons pas être distraits par le résultat d'une course, mais plutôt sur les tendances à long terme. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

samedi 14 juillet 2018 à 19:15 Jolasoie dit : Red bul on 2,5 segondes davantage en calcifications bizarre

samedi 14 juillet 2018 à 19:13 Jolasoie dit : Red bul leur met 2,5 secondes en calif

vendredi 13 juillet 2018 à 14:22 ah!tipik dit : Analyse intéressante de Bell certainement plus que le blabla corporate d'Abiteboul. Oublions l'Autriche les pneu étaient dépassés par les conditions de course (comment est-ce possible MM de chez Pirelli???) certains profils de circuits réussissent à certains châssis à défaut d'être polyvalent mais c'est sur Renault-Sport doit mettre un coup de boost à son propulseur en utilisant les mêmes méthodes que la concurrence (au diable l'éthique...).