Du neuf avec du vieux : Omega Railmaster 1957

Omega Railmaster 38mm 1957, une réédition au calibre co-axial Master Chronometer

En 2017, Omega dévoila trois séries limitées de Seamaster, Speedmaster et Railmaster. Retour sur cette dernière, la plus méconnue mais aussi la plus réussie. 

En 1957, Omega lança trois montes qui marquèrent l'univers horloger. La Seamaster 300, reconnaissable à sa lunette directionnelle, était destinée aux amateurs de grands fonds. La Speedmaster, seul chronographe du trio, marquera l'histoire quelques années plus tard en devenant la montre à avoir été portée sur la Lune. Elle fait aujourd'hui encore partie du paquetage de l'astronaute. Mais il y eut aussi la Railmaster, dont le cahier des charges n'était ni la plongée, ni l'exploration spatiale mais la résistance aux...champs magnétiques. Drôle d'exigence nous direz-vous mais ces derniers étant particulièrement néfastes pour les mouvements mécaniques, pouvoir se vanter d'une résistance au magnétisme constitue, aujourd'hui encore, un véritable atout technique et commercial. En 2017, Omega, pour célébrer les 60 ans de ses trois montres historiques, réédita ces dernières quasiment à l'identique, chacune étant limitée à 3.557 exemplaires.

Codes de l'époque

La Railmaster du 21e siècle reprend les gimmicks de son aïeule. On retrouve les aiguilles ''broad arrow'', le cadran mat, les index triangulaires peints dont la teinte est volontairement vintage. Seule entrave : l'arrivée d'un verre saphir à la place du plexiglas. On se console vite fait, Omega ayant eu l'excellente idée d'en choisir un très bombé, conférant beaucoup de charme à cette montre, et comme le logo trône au milieu (comme sur l'hésalite de l'époque), cette mise à jour est acceptée. Autre bonne pioche de la part de la manufacture de Bienne : le choix du diamètre. 38 mm peut sembler petit en 2018 mais comme les cornes sont suffisamment longues, que l'ouverture du cadran est importante et que le boîtier alterne poli et satiné, cette Railmaster n'est pas du tout sous-dimensionnée. Le fond, en acier lui aussi, est gravé de l'hippocampe, signe que cette Omega est étanche (60 mètres).

15000 gauss

Le mouvement animant cette jolie montre est le Master Chronometer 8806. L'appellation certifie que ce calibre a passé avec succès toute une batterie de tests, ceux du METAS, bien plus contraignants que ceux habituels du COSC, que ce soit en matière de précision, de robustesse face aux chocs, de réserve de marche et de résistance aux champs magnétiques. La Railmaster co-axial 38 mm 1957 résiste à 15.000 gauss (le spiral de balancier est en silicium). L'autonomie annoncée est de 55 heures et, même s'il est dissimulé par le fond, ce mouvement est décoré Côtes de Genève. Comme ses deux frangines rééditées, la Railmaster est livrée dans un écrin rappelant celui de 1957, avec deux bracelets supplémentaires (cuir et Nato) et un outil permettant leur changement. Son tarif : 6.300 € mais pas sûr qu'il en reste encore beaucoup en boutique...

Photo de Sylvain Vétaux

posté par :
Sylvain Vétaux

Réagissez

Commentaire(s)1

jeudi 02 août 2018 à 20:11 Simca R2 dit : La grande classe..et beaucoup moins bling-bling que certaines marques , peut être portée sans passé pour un frimeur