F1 - Comment Mercedes a fait chuter Ferrari

F1 - Comment la stratégie de Mercedes lui a permis de gagner en Italie

Mercedes a changé plusieurs fois de stratégie pour permettre à Lewis Hamilton de gagner en Italie. La stratégie de Valtteri Bottas a profité aux deux pilotes.

Ferrari semblait invincible après son doublé en qualifications à Monza. La Scuderia a dominé les essais libres et elle semblait plus performante que Mercedes dans toutes les conditions. C'est pourtant Lewis Hamilton qui s'est imposé, en bénéficiant de plusieurs bons choix stratégiques.

Sebastian Vettel a été éliminé de la course à la victoire dès le premier tour, après son contact avec Lewis Hamilton et son tête-à-queue (vidéo). Valtteri Bottas, doublé par Max Verstappen dans le premier tour, n'a pas pu suivre le duo de tête, Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton. Après une intervention de la voiture de sécurité, Hamilton a doublé Räikkönen, mais le pilote Ferrari a repris l'avantage au freinage suivant.

Dans tout le premier relais, Hamilton est resté au contact de Räikkönen, sans pouvoir le dépasser. Mercedes a dû réfléchir à des solutions pour prendre l'avantage. La plus évidente était de tenter un undercut, s'arrêter avant Räikkönen pour bénéficier des pneus neufs pendant au moins un tour, et espérer que le Finlandais reprenne la piste derrière Hamilton après son propre arrêt... mais Ferrari n'a pas permis à Mercedes de le faire, en anticipant l'arrêt de Räikkönen.

« Vers le 20ème tour, nous avons eu la première opportunité de faire un undercut, » explique James Vowles, le responsable des stratégies de Mercedes, dans une vidéo publiée dans l'équipe. « Ferrari a couvert l'undercut, c'était la bonne décision. S'ils ne s'étaient pas arrêtés, nous aurions fait l'undercut à ce moment là. »

Mercedes a alors envisagé la stratégie inverse, l'overcut, attaquer avec le champs libre avec l'espoir de repartir devant Räikkönen. La stratégie a vite montré ses limites, puisque le Finlandais était plus rapide avec ses pneus neufs.

« Nous avons dit à Lewis que c'était le "Hammertime", attaquer autant que possible, pour voir s'il était possible de faire un overcut, la deuxième des solutions à notre disposition, » précise Vowles. « C'était serré, mais ce n'était pas vraiment possible, nous'y sommes pas parvenus, Kimi était incroyablement rapide avec ses pneus tendres neufs et il a attaqué très fort pendant quelques tours. »

Mercedes a encore dû changer de stratégie : « Nous avons pris la troisième option à notre disposition, faire un relais extrêmement long, » explique Vowles. « Monza est typiquement une course à un arrêt, la dégradation est souvent faible et les pneus donnent une petite flexibilité dans le nombre de tours que l'on peut faire. Nous avons vraiment allongé le relais, pour créer un écart de performance entre Lewis et Kimi. »

« Normalement, on perd du temps, Kimi était très rapide avec ses pneus frais. Mais cela tourne ensuite à votre avantage, on reprend le retard que l'on avait en fin de course. »

Pour favoriser sa stratégie, Mercedes a pu s'appuyer sur Valtteri Bottas. Ce dernier a retardé son arrêt et Kimi Räikkönen est revenu sur lui. Bottas a pu ralentir son compatriote : « Valtteri a aussi fait un relais long face à (Max) Verstappen et finalement Kimi s'est retrouvé dans le trafic, » indique Vowles. « Lewis a pu s'arrêter plus tard, bénéficier de pneus plus frais et revenir sur Kimi. »

« Les dégâts avaient déjà commencé pour Kimi, du blistering (des cloques sur les pneus) a commencé à apparaître, il avait énormément attaqué et à partir de là c'était une bagarre entre Lewis et Kimi. »

Après l'arrêt de Bottas, Hamilton a doublé Räikkönen et creusé l'écart. Toto Wolff est impressionné par la course de son pilote : « Lewis n'a pas fait la moindre erreur (...), il a bien positionné sa voiture à chaque fois, il a été patient quand il le fallait et il a décroché une victoire fantastique, » estime le patron de Mercedes Motorsport.

La stratégie de Bottas était également bonne pour lui

La stratégie de Valtteri Bottas n'avait pour seul but de ralentir Kimi Räikkönen, mais aussi de le décaler par rapport à Max Verstappen, de la même façon que ce que l'équipe a fait pour Lewis Hamilton vis à vis de Räikkönen.

« Valtteri se battait vraiment pour doubler Max dans le premier relais, mais il n'a pas pu prendre l'avantage, » explique Vowles. « La seule façon d'y parvenir était encore un undercut, ou de créer un écart dans les performances des pneus. »

« Nous avons choisi assez tôt de préserver les pneus et d'allonger ce relais. Quand Verstappen s'est arrêté au tour 26, Valtteri a eu le champs libre pour en profiter. Et le rythme de Valtteri était bon. Il restait dans les temps de Verstappen alors que ce dernier avait des pneus plus frais. »

« Nous savions que Valtteri pouvait interagir avec Kimi, mais le but était aussi de donner à Valtteri la meilleure chance de finir sur le podium. Vu qu'il était dans les temps de Max, il fallait faire le relais le plus long possible et lui permettre d'avoir les pneus les plus neufs possibles pour le doubler plus tard. »

« Cela a fait qu'il s'est retrouvé devant Kimi et qu'il a dû se défendre face à Kimi, mais à aucun moment il n'a perdu du temps par rapport à Max, il se créait juste un coussin pour les pneus, ce qui a finalement très bien marché pour lui. »

Bottas était plus rapide que Verstappen en fin de course. Il n'a pas pu le doubler mais la défense du Néerlandais, jugée trop agressive par les commissaires (vidéo), a entraîné une pénalité de cinq secondes qui a finalement donné la troisième place à Bottas.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)2

mercredi 05 septembre 2018 à 15:43 CarCircus dit : La pilule a du mal à passer pour les pro Ferrari, faut se souvenir qu'il n'y a pas si longtemps l'équipe Italienne ne se gênait guère pour de tels procédés, et maintenant ils osent crier au scandale, c'est la course d'équipe, et Mercedes a très bien joué le coup, bravo.

mercredi 05 septembre 2018 à 11:23 mickmel dit : Stratégie honteuse des flèches d'argent : Bottas récupère la 3ème place au détriment d'un pilote "spectaculaire "(ou agressif ...).Alors qu'il nous as pourri la course en ralentissant ouvertement et volontairement Räikkönen ,nous ôtant ainsi d'une fin de course de folie entre Hamilton et la Ferrari. Qui se serait terminé certainement en faveur de l'anglais , mais avec un combat génial avec "Iceman". Mercedes et Lewis n'ont pas besoin de tel comportement pour gagner ....T Woolf a ainsi bien entaché la valeur de cette victoire...