F1 - Renault reste satisfaite de Monza

F1 - Renault satisfaite de son Grand Prix d'Italie

Renault a souffert à Spa et à Monza, mais l'équipe française est satisfaite des progrès effectués en Italie.

Les deux dernières courses ont été difficiles pour Renault. Nico Hülkenberg et Carlos Sainz ont cumulé les pénalités, surtout autour du groupe propulseur, et Haas serait revenue à hauteur du constructeur français sans l'exclusion de Romain Grosjean en Italie. Renault a cependant relevé la tête à Monza, même si Force India et Haas étaient plus performantes sur cette piste. Cyril Abiteboul dresse un bilan satisfaisant de cette course.

« Étant donnés les défis auxquels nous nous attendions avec les caractéristiques de Spa et de Monza, ces circuits n’allaient pas jouer sur nos forces, mais nous avons également dû faire face à certaines pénalités : quelques-unes stratégiques, d’autres davantage de notre ressort, » rappelle le directeur général de Renault Sport Racing. « Enfin, tout cela est derrière nous et nous avons quitté Monza en ayant retrouvé les points et une meilleure maîtrise de nos performances. Nous avons cependant pu voir à quel point la concurrence est relevée. Le peloton est extrêmement dense et nous devons optimiser le moindre élément pour préserver notre petite avance. »

Contrairement à Haas, Renault maintient le développement de sa voiture cette année, mais l'essentiel des ressources est consacré à 2019 : « Aussi importantes soient cette année et notre position au championnat, nous ne pouvons pas perdre de vue le développement de la voiture de l’an prochain, » souligne Abiteboul. « Nous développons la R.S.19 tout en finissant la saison 2018. Nous devrons soigneusement gérer nos ressources pour éviter toute baisse de régime sur ces deux projets. Nous y attacherons une grande attention lors des prochaines manches en cette fin d’année, mais nous sommes bien structurés et nous avons les ressources nécessaires pour y parvenir. »

Monza s'est mieux passé que prévu

Les vitesses élevées de Spa et Monza demandent de la puissance, un domaine où Renault a encore un déficit face aux équipes motorisées par Ferrari et Mercedes. L'équipe était quand même plus performante que ce qu'elle attendait.

« Ce n’était finalement pas un mauvais week-end, » estime Nick Chester, le directeur technique châssis de Renault. « ous avons fait progresser la voiture au fil des trois jours. Nous pensions que nous serions en difficulté sur le circuit le plus typé "moteur" de l’année, mais la voiture s’est avérée performante. L’équilibre était bon et les nouvelles pièces ont fonctionné comme nous le souhaitions. »

« Nous n’avions pas le rythme pour dépasser nos rivaux, mais nous étions plus proches que prévu et c’est de bon augure avant d’aborder des pistes plus sinueuses.  »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez