F1 - Miami hésite, Copenhague renonce

F1 - Les projets à Miami et Copenhague ne devraient pas voir le jour

Miami pourrait à nouveau repousser son projet de course jeudi. Copenhague y a déjà renoncé, pour des raisons financières.

La F1 a de moins en moins de chances de se rendre à Miami et à Copenhague. Le projet de course en Floride était l'un des principaux de Liberty Media, détenteur des droits commerciaux de la F1. L'épreuve, initialement envisagée pour 2019, a été repoussée à 2020, au mieux, en raison de l'opposition de riverains.

Selon Motorsport Week, le conseil municipal de Miami va se réunir jeudi et l'une des résolutions proposées au vote sera le report, pour une durée indéterminée, du projet de la course. Cette résolution a de fortes chances d'être adoptée. Il reste à savoir si cela permettra d'allonger les discussions ou de mettre fin au projet.

Le site évoque des désaccord avec le Port de Miami et une demande de la Formule 1 de revoir le tracé, pour se rapprocher de la mer.

Liberty Media souhaite toujours organiser une seconde course aux Etats-Unis et selon Speedweek, le groupe envisagerait désormais un projet de Grand Prix à Las Vegas.

Le projet à Copenhague abandonné

Un autre projet de Liberty Media, dans les rues de Copenhague, est à l'arrêt. Charlie Whiting, le directeur de course, s'était rendu sur place et Hermann Tilke, l'architecte des circuits, avait prévu un tracé, mais la municipalité refuse de financer le Grand Prix. 

« J'étais ouvert à toute proposition, mais il est devenu évident que la ville devait apporter une contribution financière significative, » a déclaré Frank Jensen, le Maire de la Ville, à Politiken. « J'ai arrêté le projet. Nous parlions d'un contrat de trois ans. Nous l'avons déjà dit, nous n'avons rien contre un tel projet, mais il est hors de question d'utiliser de l'argent public pour ça. »

Le projet était notamment porté par Lars Seier Christensen, le cofondateur de Saxo Bank, une marque qui a eu une équipe cycliste et qui a été sponsor de Romain Groshean. « Je suis plutôt en colère, » a écrit l'homme d'affaires sur Facebook. « Je savais que ce serait difficile à mettre en place. Mais je suis mécontent du timing. La décision a été prise pour des raisons politiques, et pas en analysant ce que le projet pouvait apporter, en regardant les pour et les contre. »

« Cette décision, que je redoutais, aurait pu être prise il y a 12 mois. Cela aurait évité notre enthousiasme et les milliers d'heures d'une équipe talentueuse, et cela m'aurait économisé plusieurs millions de dollars. »

Lars Seier Christensen a précisé que Frank Jensen avait fait tout son possible pour faire avancer le projet.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez