F1 - Wolff accepte le rôle du « méchant »

F1 - Wolff assume de donner la priorité au championnat

« Je préfère être le méchant (à Sotchi) que l'idiot à la fin de l'année. » Toto Wolff pense que la consigne de dimanche pourrait être déterminante.

La consigne donnée par Mercedes à Sotchi suscite les débats. Valtteri Bottas a cédé la première place à Lewis Hamilton, ce qui permet à l'Anglais d'avoir une avance de 50 points sur Sebastian Vettel. Mercedes a d'abord échangé les places pour protéger Hamilton d'une attaque de Vettel.

A Budapest l'an dernier, Bottas avait déjà laissé passer Hamilton, mais dans un contexte différent. Le but était de permettre à Hamilton d'essayer d'attaquer Kimi Räikkönen. En cas d'échec, il devait rendre la position à Bottas, ce qu'il a fait dans le dernier tour. Force India a utilisé la même stratégie à Sotchi, pour permettre à Esteban Ocon et à Sergio Pérez d'attaquer Kevin Magnussen.

Dimanche, Hamilton n'a pas rendu la première place à Bottas. Toto Wolff, le patron de Mercedes, assume cette décision. Il estime que les deux cas sont très différents puisque cette fois, le titre est en jeu.

« A Budapest, nous avions dit "S'il ne peut pas doubler Räikkönen, nous échangerons à nouveau les positions", et je voulais tenir ma parole, » a expliqué Wolff à RaceFans.net. « Mais c'était Budapest, la mi-saison, et nous sommes à Sotchi, vers la fin de la saison. »

« J'y ai pensé mais au final il faut penser au championnat. Parce qu'à la fin, s'il nous manque cinq points, on devient le plus gros idiot de la planète d'avoir donné la priorité au résultat de Valtteri sur une course, plutôt qu'au championnat. »

« Parfois, il faut que quelqu'un soit le méchant et (cette fois) c'était moi. Il faut savoir si je veux être le méchant un dimanche soir, pour plein de raisons, ou l'idiot à Abou Dhabi ? Je préfère être le méchant (à Sotchi) que l'idiot à la fin de l'année. »

Sebastian Vettel a de son côté estimé que la consigne de Mercedes était logique.

Mercedes ne pouvait pas renoncer à cette opportunité

Sebastian Vettel a mené le championnat en début de saison puis de Montréal à Hockenheim. Lewis Hamilton a réussi à reprendre l'avantage cet été, alors que la Ferrari semblait parfois plus performante que la Mercedes. Toto Wolff estime que son ne pouvait pas renoncer à une opportunité d'augmenter l'écart.

« Il y a une dure réalité qui fait que dans une telle journée, on pouvait augmenter notre avance de quelques points dans un championnat qui a été très dur et très difficile par moments, » explique Wolff. « Parfois, il faut le faire. »

« Nous avons décroché un doublé, nous avons un avantage de 50 points et c'est une bonne sensation dans une journée qui, à part ça, a été très difficile. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

mardi 02 octobre 2018 à 17:50 ah!tipik dit : Personne ne traite Wolff de truffe (et encore ça reste un terme poli) sa position au sein de l'équipe Mercedes n'est pas le sujet par-contre le fait de ne pas gober naïvement tout ce qu'on jette en pâture s'appelle un esprit d'analyse...ça aide.

mardi 02 octobre 2018 à 13:00 @ah_tipik dit : A se demander qui est la truffe ! Lui il gère une équipe de F1 qui compte plusieurs centaines de collaborateurs et qui représente un grand fabricant de voitures historique. Toi t'es qu'un petit râleur frustré, probablement au chômage et qui ne sait pas quoi faire de sa journée. On ne peut pas être d'accord avec le choix de Wolff. Mais de la à le traîter de truffe... pathétique !

lundi 01 octobre 2018 à 17:54 ah_tipik dit : Allons monsieur Toto ne prenez pas les gens pour des truffes (ou autre chose) depuis le début de l'ére hybride un seul constructeur a remporté les titres mondiaux aucune concurrence réellement capable de tenir la distance contre votre armada et vous nous dites que vous avez peur pour la fin de saison ? à d'autres !

lundi 01 octobre 2018 à 16:02 CarCircus dit : C'est en partie vrai ce qu'il dit, mais quand la différence est minime, là çà aurait fait 43 points, cette victoire fera tâche longtemps au palmarès de l'écurie ainsi que celle d'Hamilton, ceci dit Ferrari et Vettel en ont usé maintes fois cette saison sans qu'on en fasse une affaire d'état, je comprends que pour Vettel ça soit logique.