F1 - Grosjean retrouve son circuit préféré

F1 - Grosjean apprécie vraiment Suzuka

Romain Grosjean aime énormément le circuit de Suzuka. Il faut une voiture bien équilibrée pour être performant sur cette piste.

Romain Grosjean a vécu un Grand Prix de Russie difficile, terminé à la 11ème place. Il veut retrouver les points à Suzuka, sur un circuit qu'il aime énormément.

« Sotchi est une piste particulière, qui ne fait pas partie de mes préférées, » reconnaît le Franco-Suisse. « Suzuka est vraiment ma préférée. Je suis toujours heureux de m'y rendre. Nous voulons bien faire partout. Nous allons tout donner pour essayer de prendre des points et de battre Renault. »

Grosjean ne trouver pas un élément particulier qui rend Suzuka si plaisant : « C'est toujours difficile de dire exactement pourquoi. Je pense que c'est le rythme, les virages, le fait que les vitesses sont élevées. Il y a aussi un danger, avec les graviers et les portions du circuit qui sont étroites. Ce n'est pas qu'une chose, et parfois on ne sait pas pourquoi on aime quelque chose, on l'aime, tout simplement. »

Les réglages sont difficiles à trouver

Une bonne voiture est nécessaire pour être performant à Suzuka. Les nombreux virages rapides et l'enchaînement du premier secteur demandent un monoplace qui donne confiance au pilote.

« Il faut pas mal d'appuis sur cette piste, et une voiture vraiment bonne dans les virages rapides, » explique Grosjean. « Il y a quelques virages lents importants aussi. Il faut avoir confiance pour pouvoir attaquer à la limite dans les virages du premier secteur, qui sont difficiles. Ce n'est pas facile de régler la voiture pour cette piste, mais c'est vraiment agréable d'être là. »

Le sous-virage est le principal ennemi dans les premiers virages : « C'est un équilibre fin, » estime-t-il. « Si on a du sous-virage trop tôt, on perd le rythme assez vite dans les virages 3, 4, 5, 6, 7 et 8. Si on a du survirage au début, c'est tout aussi mauvais. Il y a limite fine pour avoir le bon équilibre là-bas, et ne pas trop s'éloigner des besoins pour les virages lents aussi. »

Grosjean estime que Suzuka est « vraiment » un circuit de pilotes, mais que ces derniers ne peuvent « pas vraiment » faire la différence. « Il faut trouver le bon équilibre avec la voiture, » souligne-t-il. « La performance de votre voiture détermine votre performance à la fin. C'est plus ou moins la même chose partout. On peut plus essayer de compenser et d'être assez constant que sur d'autres pistes. »

Suzuka est aussi célèbre pour ses supporters passionnés : « Il y a une ambiance assez folle à partir du jeudi, » explique-t-il. « Toutes les tribunes sont pleines. Après la course, ils restent pour revoir la course sur les écrans géants. Ils ont toujours des tenues vraiment cool, avec quelques accessoires. Ils adorent la Formule 1 et ils sont vraiment passionnés. L'atmosphère est très électrique. C'est génial de voir cette passion et autant de gens qui viennent encourager des équipes comme la nôtre. »

Grosjean a mené de nombreux tours en 2013

Romain Grosjean a un très bon souvenir de Suzuka. En 2013, il a mené en début de course, avant de devoir céder face aux pilotes Red Bull.

« J'étais quatrième sur la grille et j'ai pris un très bon départ, » se souvient Grosjean. « J'étais en tête au premier virage. Puis Red Bull a joué sur la stratégie. »

« Ils ont mis une voiture sur (une stratégie à) deux arrêts et l'autre sur une stratégie à trois arrêts. Nous avons mené 26 tours, mais ils ont pris l'avantage. Mais c'était génial. »

« Je me rappelle que je me disais de ne pas sortir de la piste, parce que les télévisions du monde entier étaient sur moi. C'était une belle sensation d'être en tête. J'ai adoré ça. Après la course, j'étais à la gare et il y avait énormément de supporters. C'était fou, mais mémorable. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez