WRX - Peugeot justifie son départ

WRX - Peugeot explique son départ du championnat du monde de rallycross

Peugeot a décidé de quitter le WRX en raison des atermoiements avant le passage à une motorisation électrique. Peugeot Sport a une nouvelle mission.

Après avoir quitté les rallye-raids, Peugeot va aussi quitter le championnat du monde de rallycross à la fin de la saison. Le constructeur français était très enthousiaste quant au passage à une motorisation électrique, initialement prévu en 2020 et finalement repoussé à 2021.

Peugeot met plusieurs éléments en avant pour expliquer sa décision. Les institutions européennes ont prévu une baisse des émissions de CO2 de 40% pour 2030 et le constructeur veut avant tout développer des modèles électriques. Le report de la motorisation électrique en WRX déplaisait à Peugeot.

« Nous n'avons pas d'autre choix que de nous mettre en conformité avec les nouveaux seuils (d'émissions de CO2) et si nous ne le faisons pas, notre inertie provoquera notre disparition, » a expliqué Jean-Philippe Imparato, le directeur général de la marque Peugeot, sur Twitter. « L'incertitude sur le futur championnat e-WRX n'est pas compatible avec le calendrier de notre offensive électrique, qui débute maintenant ! C'est pour cela que nous quittons le WRX. »

Le changement de calendrier dans l'électrification du WRX a été provoqué par le manque d'implication des constructeurs. Peugeot et Volkswagen étaient les seuls à avoir annoncé leur présence alors qu'Audi attendait, ce qui avait poussé le WRX à attendre 2021. Audi a finalement décidé de retirer son soutien à l'équipe de Mattias Ekström. La marque va se concentrer sur la Formule E et le DTM.

Une nouvelle ère

La mission de Peugeot Sport va changer. L'entité va désormais se concentrer sur le développement de modèles de série sportifs et électriques.

« C'est une décision radicale, qui a choqué certains d'entre vous, et je peux le comprendre, » a expliqué Bruno Famin, le patron de Peugeot Sport, dans un Facebook Live. « L'automobile a engagé une mutation radicale et multiple. Multiple parce qu'il y a plusieurs révolutions en cours, les voitures autonomes, les voitures connectées, la mobilité et la transition énergétique elle-même. »

« En tant que fan de sport auto, je peux comprendre que l'on peut adhérer ou pas à ces évolutions, mais il faut avoir conscience que ces évolutions sont irréversibles et que nous devons nous adapter. C'est fondamental. La lutte contre le changement climatique est indispensable et elle passe par la réduction des émissions de CO2. La transition vers l'électrique imposée par les autorités entraîne des décisions rapides et radicales. Ce sont toujours des choix lourds et difficiles. »

« Le patron de Peugeot a fait son job en décidant et en définissant une nouvelle priorité pour Peugeot Sport. Développer des voitures de série sportives électrifiées. Soit tout électrique, soit hybride. »

« Les détracteurs de l'électrique ont tort. Croire qu'électrique et sportif ne sont pas compatible est une erreur, et je pense par méconnaissance. Notre défi, dans ce projet, sera de rallier les sceptiques, et je suis confiant sur notre capacité à le faire. »

Peugeot Sport n'aura plus aucun programme officiel mais la compétition client va rester au coeur de son activité : « Le sport auto continue chez Peugeot Sport, » assure Famin. « Certes, il n'y aura plus de programme officiel à partir de 2019 et sur une période qui reste à déterminer, mais Peugeot Sport et le sport auto vont continuer à vivre. Notamment à travers un programme qui m'est cher, que l'on suit depuis les débuts de Peugeot Talbot Sport, la compétition client. C'est vraiment le socle des activités de Peugeot Sport. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

poool/views/script not found