Publié le 03/11/2018 à 11:39

F1 - Moins de perturbations aérodynamiques en 2019

F1 - Les perturbations aérodynamiques seront plus faibles en 2019

Le règlement 2019 veut favoriser les dépassements en réduisant les perturbations aérodynamiques d'un tiers.

L'aérodynamique des monoplaces va évoluer en 2019, avec un objectif clair : favoriser les dépassements. Pour y parvenir, la FIA va imposer un aileron avant plus large, avec moins d'éléments, des écopes de freins réduites et un aileron arrière plus haut et plus large. Cela devrait réduire d'un tiers les perturbations aérodynamiques subies par une monoplace qui en suit une autre, le facteur qui limite le plus les dépassements actuellement.

« Nous pensons que la position critique est environ de 15 à 20 mètres entre les voitures, » explique Nikolas Tombazis, responsable des questions techniques sur les monoplaces au sein de la FIA, dans AUTO, le magazine de la fédération. « C'est la distance entre des voitures séparées par une demi-secondes dans un virage à vitesse moyenne. »

« Dans cette situation, la voiture de derrière perd environ 30% de ses appuis avec la génération actuelle (de monoplaces). Nous voulons réduire cela de 10 points. C'est dur de donner un chiffre précis. »

La course au développement est un frein aux dépassements : « Chez les équipes, il y a une tendance à générer plus d'appuis, ce qui augmente le problème, » explique Tombazis. « Si nous n'étions pas intervenus, nous pensons que 2019 aurait été pire que 2018, et que 2020 aurait été pire que 2018. Nous pensons que 2019 sera mieux que 2018, mais personne ne s'attend à ce que des F1 se battent comme des voitures de tourisme. »

Le concept de 2019 expliqué

Comment arriver au résultat espéré ? L'ensemble de l'aérodynamique la monoplace doit être pris en compte.
Les roues avant sont sources de perturbations aérodynamiques que les équipes veulent éviter. Pour limiter cette nuisance, les ailerons avant sont conçus pour dévier le flux d'air sur les côtés de la voiture, avec de nombreuses ailettes. La direction prise par le flux aérodynamique sur les côtés prive une voiture située derrière d'énergie aérodynamique, et donc d'appuis.

Les nouveaux ailerons avant et les écopes de freins réduites ont pour objectif de créer un écoulement des flux aérodynamique plus naturel sur l'ensemble de la voiture, ce qui limitera les nuisantes pour une monoplace située derrière.

L'aileron arrière entre aussi dans l'équation. Les nouvelles dimensions ont pour but de diriger les perturbations aérodynamiques vers le haut, et ainsi éviter qu'une voiture située derrière ne les subissent.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

dimanche 04 novembre 2018 à 20:34 ah!tipik dit : N.Tombazis à raison les voitures de cette années sont horribles bardées d'ailettes et de dérives en veux tu en voilà il faudrait simplifier même si l'aéro est le principal frein à la vitesse on gagnerait (sic) à redonner un aspect plus fluide aux voitures.

dimanche 04 novembre 2018 à 16:57 leon dit : Quant à MONTAGNY , surnommé faites le taire : il en est resté à la 3.5 d'il y 20 ans .

dimanche 04 novembre 2018 à 16:54 leon dit : C'est bien connu : demain on rase gratis et on commence par les naifs .

dimanche 04 novembre 2018 à 16:37 à Saxo dit : Il s'agit d'une compétition, normal que les équipes essayent d'aller le plus vite possible, c'est pareil pour quasiment toute compétition automobile. D'ailleurs ce n'est pas un phénomène récent mais l'aérodynamique en F1 est la depuis les années 70! Si Montagny t'explique les effets et que tu ne sais toujours pas à quoi ça sert mieux vaut que tu retournes jouer dans le bac à sable au lieu de venir polluer avec tes commentaires à deux balles.

samedi 03 novembre 2018 à 19:14 SAXO kitcar-96 dit : c'est simple on va prendre comme référence les F 1 de 94 il y avait pas tout ce bazar sur les ailerons , quand Franck Montagny nous fait ses explications détaillées sur tout ces appendices aérodynamiques les sommes astronomiques qu'investissent les écuries suiveuses de Mercedes et Ferrari pour des résultats aussi décevants , on se demande bien à quoi ça sert