F1 - Pirelli réfléchit à des pneus plus endurants

F1 - Pirelli pourrait produire des pneus plus endurants

Pirelli se demande si la dégradation rapide des pneus, qui est une demande de la F1, est la meilleure solution. Il envisage des changements.

Pirelli est souvent critiquée pour la dégradation rapide de ses pneus. A Mexico, le phénomène était exacerbé et plusieurs pilotes se sont plaints de la situation pendant la course. « Mon Dieu, c’est le championnat du pilotage lent, » a lâché Nico Hülkenberg. Kevin Magnussen a aussi exprimé son agacement : « Ces pneus sont une honte pour la Formule 1, » a-t-il déclaré.

Mario Isola, le responsable de la compétition automobile chez Pirelli, rappelle que le cahier des charges que la F1 a imposé demande des pneus à la dégradation rapide. Cette année, l'hyper-tendre a été lancé et il est deux crans plus tendres que les pneus vus en 2017. L'Italien s'interroge sur cette stratégie. Si les courses à l'économie ne produisent pas le spectacle espéré, Isola est prêt à changer de philosophie.

« Nous avons fait ce que le championnat nous a demandé, des pneus plus tendres, pour générer plus d’adhérence et d’écart de temps entre les composés, mais une dégradation plus forte, » a expliqué Mario Isola à RaceFans à Mexico, avant le départ de la course. « Et là, les hyper-tendres se dégradent (à Mexico) et les pilotes ne sont pas contents. »

« Donc est-ce vraiment utile d’avoir une dégradation rapide ? La question se pose. Nous devrions nous réunir, en discuter et trouver la voie à suivre. En ce moment, nous voyons que si nous faisons (des pneus) de plus en plus tendres, (les pilotes) font plus de gestion. Donc ce n’est probablement pas la bonne direction. »

Les demandes des pilotes sont parfois contradictoires puisqu'il y a quelques semaines, Lewis Hamilton se plaignait des courses à un seul arrêt.

Pirelli suit la volonté de la F1

Le niveau de dégradation des pneus est fixé dans un cahier des charges que Pirelli cherche ensuite à respecter. La FIA, en charge des règlements, a fait des demandes précises pour 2021. Pirelli fait de son mieux pour suivre les recommandations, quitte à en subir les critiques en suite.

« La principale étape a été quand nous avons reçu la première lettre d’intention en 2015, » explique Isola. « La lettre d’intention est maintenant associée au processus de sélection (du manufacturier), donc cela montre que ce document a été une réussite. Et la lettre d’intention a non seulement été acceptée par la FIA et la FOM (en charge de l’aspect commercial) mais aussi par les équipes et les pilotes. Il ne faut pas oublier que les pilotes ont été impliqués dans la lettre d’intention. »

Pirelli est prêt à écouter les demandes des pilotes : « Ils doivent nous dire ce qu’ils veulent. Ensuite, ce sera un compromis entre toutes les parties impliquées. Mais c’est important qu’ils fassent partie du processus. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)1

mardi 06 novembre 2018 à 13:54 ah!tipik dit : Aujourd'hui on frôle les 1000cv et personne n'a pensé à faire le lien entre la dégradation et l'évolution constante des groupes propulseurs,bizarre.