F1 - Silverstone mis en garde par la Formule 1

F1 - Silverstone n'est pas sûr de garder sa course

Sean Bratches, le directeur commercial de la F1, prévient Silverstone que son statut ne lui garantit pas une place au calendrier à long terme.

Liberty Media a annoncé la première nouvelle course depuis sa prise de contrôle de la F1, au Viêt Nam. Le groupe de médias américains, en charge de l'aspect commercial du championnat depuis début 2017, a affiché sa volonté de créer des courses au coeur de grandes villes, ce qui sera le cas à Hanoï. Faut-il y voir une menace pour les courses historiques ?

La F1 veut préserver les Grands Prix les plus anciens, mais certains sont menacés. Silverstone, théâtre du tout premier Grand Prix de l'histoire en 1950, n'est pas certain de conserver sa course après l'édition 2019. Le circuit avait un contrat jusqu'en 2027 et il a finalement activé une option pour y mettre fin huit ans plus tôt que prévu. Son but n'est pas d'abandonner sa course, mais de négocier un contrat plus avantageux. La F1 lui répond que cette prolongation n'est pas assurée par son statut de course historique.

« Nous sommes une entité vieille de 68 ans, et la nature des Grands Prix est dynamique, » explique Sean Bratches, le directeur commercial de la F1. « Silverstone a été le premier Grand Prix, mais nous n'avons pas roulé à Silverstone dans chacune de ces 68 années. Il y a eu des courses à Brands Hatch, et à d'autres endroits. »

« Rien n'est immuable concernant les lieux où des courses ont lieu. Nous estimons que certaines courses ont une valeur importante et nous voulons les maintenir, mais nous sommes une entreprise. Nous sommes une entreprise côtée en bourse et nous avons de nombreux investisseurs et actionnaires, et nous essayons d'allier les meilleures choix pour les supporters avec une entreprise qui fonctionne. »

La F1 veut maintenir un équilibre

La Formule 1 veut recomposer le calendrier pour mêler courses historiques, courses urbaines et courses sur des circuits modernes.

« Nous voyons ça sous trois angles, » détaille Sean Bratches. « Tout d'abord, nous voulons préserver les courses historiques, elles sont très importantes pour la Formule 1 et très importantes pour les supporters. Je parle des Silverstone, des Spa, des Monza à travers le monte. »

« Ensuite, nous avons des courses urbaines et semi-urbaines, où nous roulons dans des parcs et dans des rues, comme Melbourne, Montréal et Mexico City. »

« Le troisième élément comprend les installations conçues spécialement, comme Shanghaï, Austin, Texas et Bahreïn. »

« Pour l'avenir, nous voulons de nouvelles courses urbaines, donc (le Viêt Nam) marque un pas vers cette vision. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)3

jeudi 08 novembre 2018 à 19:04 Bernard 17 dit : Seul le fric compte. Dans ces conditions, les téléspectateurs européens devraient boycotter les GP exotiques. Mais pour ça , il faudrait un minimum de discipline...

jeudi 08 novembre 2018 à 15:37 leon dit : La F1 sans SPA/MONZA/SILVERSTONE , meme si ces pistes ont bien été chatrées depuis les sixties ce n'est plus de la F1 mais du cirque US ..

jeudi 08 novembre 2018 à 12:51 ah!tipik dit : ...Nous sommes une entreprise côtée en bourse et nous avons de nombreux investisseurs et actionnaires,...et oui et ces gens là font du buziness de l'optimisation fiscale pas de place pour l'histoire et encore moins pour la qualité.