F1 - Pourquoi la Formule 1 a choisi le Viêt Nam

F1 - La Formule 1 n'a pas choisi le Hanoï par hasard

Le Grand Prix du Viêt Nam correspond à la volonté de la Formule 1 de se produire dans de grandes villes, au contact des supporters.

Il y a 20 ans, la seule course en Asie était le Grand Prix du Japon. Depuis, la Malaisie, la Chine, Singapour, la Corée du Sud et l'Inde ont rejoint le calendrier. Seuls Shanghaï et Marina Bay sont encore présents. En 2020, une nouvelle course va apparaître sur le continent, au Viêt Nam, dans les rues de Hanoï.

Cette course est la première à intégrer le calendrier depuis que le groupe de médias américain Liberty Media gère l'aspect commercial de la F1. Hanoï correspond à la volonté de Liberty pour la Formule 1 : créer des courses dans de grandes villes et sur des circuits urbains, pour se rapprocher du public.

« Nous voulions vraiment développer les courses dans des villes emblématiques, dans des zones urbaines, où nous pouvons plus facilement créer un lien avec les supporters, » explique Sean Bratches, le directeur commercial de la F1. « La plupart des Grands Prix actuels sont à une demi-heure ou une heure des villes, donc cette course à Hanoï correspond à nos principaux objectifs, une ville emblématique qui accueille une course sur un circuit urbain potentiellement fascinant. »

« Le concept du Grand Prix du Viêt Nam correspond à notre vision pour le championnat. »

La F1 contacte les villes

Sous l'ère Bernie Ecclestone, c'est l'intérêt de villes ou de pays qui permettait la création de nouvelles courses. Depuis que Liberty Media est aux commandes  de la F1, le processus s'inverse. Le championnat est à l'origine des contacts avec des destinations qui correspondent à sa vision pour l'avenir de la Formule 1.

« Nous bénéficions de l’intérêt des villes, des Etats, des pays, des municipalités à travers le monde, et (....) nous choisissons les courses avec attention, pour qu’ils s’intègrent bien dans la structure existante et dans la direction que nous voulons prendre, » explique Bratches.

« Historiquement, la Formule 1 était très sensible aux gens qui venaient faire elle, mais nous sommes plus proactifs, nous nous sommes rapprochés de marchés qui sont en cohérence avec les valeurs de notre marque, et qui permettront de créer des liens avec des supporters, sous une nouvelle forme. Une course urbaine est la façon idéale d’y parvenir. Nous avons Monaco, Bajou et Singapour, et c’est bien d'ajouter (Hanoï) à cette liste. »

Un circuit fait pour le spectacle

Pourquoi avoir choisi un circuit semi-urbain plutôt qu'un circuit permanent ? Sean Bratches met en avant « la possibilité de rapprocher la course des gens » et « le décor » pour la télévision. Généralement, l’inconvénient des circuits urbains est qu’ils sont très peu propices aux dépassements, mais la F1 a travaillé pour que ce ne soit pas le cas à Hanoï.

- Le circuit de Hanoï dévoilé

« Nous voulons vraiment créer des circuits excellents pour la course, » détaille Bratches. « Nous ne voulons pas d’une nouvelle procession. Nous voulons une vraie course, roues contre roues, voitures contre voitures, sur des circuits urbains où on peut vraiment doubler. »

« La Formule 1 a une division sport automobile et technique, et cette équipe a travaillé main dans la main avec le gouvernement de Hanoï être sûre d'avoir un circuit dans une ville d’un niveau mondial, ce qui est le cas avec Hanoï, mais aussi une piste d’un niveau mondial, qui plaira aux supporters. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)5

vendredi 16 novembre 2018 à 11:14 @leon dit : Comme tout le monde quoi, donc rien d'exceptionnel... La F1 comme d'autres événements sportifs est avant tout un produit et un produit ça se vend. Au supermarché ils te demandent aussi de payer tes achats non?

jeudi 15 novembre 2018 à 19:03 leon dit : Parce qu'ils ont payé tout plein de bons dollars

jeudi 15 novembre 2018 à 18:08 Juju dit : Ce n'est pas parce que c'est nouveau que c'est forcément "chiant". Le Castellet, en effet, n'a pas tenu ses promesses et Barcelone, un circuit classique pourtant réputé, nous a offert les courses les plus lénifiantes qui soient.

jeudi 15 novembre 2018 à 15:26 @carcircus dit : C'est ce que les pseudo fans disaient de Bakou, et pourtant... Mais pire que le Castellet ça va être compliqué...

jeudi 15 novembre 2018 à 15:12 CarCircus dit : Encore une course chiante à venir