F1 - Wolff veut aussi des pneus plus endurants

F1 - Toto Wolff pense que la F1 donne de mauvais objectifs à Pirelli

Toto Wolff estime que la Formule 1 a fait de « mauvaises demandes » à Pirelli, en lui imposant de produire des pneus à la dégradation rapide.

Depuis que Pirelli est le manufacturier de pneus de la F1, sa mission est de favoriser le spectacle. Le championnat a demandé à Pirelli de produire des pneus à la dégradation rapide, afin d'augmenter le nombre d'arrêts. Les équipes ont fini par contourner cette contrainte : elles ont constaté qu'elles sont plus performantes en économisant les pneus et en faisant moins d'arrêts. Ces stratégies ont une influence négative sur le spectacle.

Les différents acteurs de la F1 commencent à envisager un changement de politique. Pirelli se demande si la mission qui lui a été donnée est la bonne, et le manufacturier envisage de faire des pneus plus endurants. Pierre Gasly a demandé des pneus qui ne se dégradent pas instantanément dès qu'il est derrière un rival. Toto Wolff s'interroge aussi sur la politique imposée à Pirelli.

« Je pense que ces dernières années, nous avons simplement fait les mauvaises demandes à Pirelli, avec des composés de plus en plus tendres pour essayer de renforcer la dégradation et d'augmenter le nombre d'arrêts, » a expliqué le patron de Mercedes Motorsport à RaceFans. « Les meilleurs stratèges ont (compris que) le meilleur temps de course se fait en gérant les pneus et en arrivant à faire un seul arrêt, ou parfois deux. Donc (c'est) vraiment la mauvaise direction. »

Wolff veut un changement d'objectif

Toto Wolff estime que la Formule 1 doit modifier la lettre d'intention adressée à Pirelli, pour demander au manufacturier des pneus plus endurants.

« Nous avons besoin de pneus robustes, ce que Pirelli est parfaitement capable de faire, » estime Wolff. « Il faut juste leur fixer (...) les bons objectifs. »

« Les pilotes pourront attaquer plus, ils pourront rester au contact d'une voiture et nous ne verrons pas le blistering ou la dégradation qui provoque ces (rythmes plus lents de) sept secondes (au tour). »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez

Commentaire(s)4

jeudi 22 novembre 2018 à 23:07 @jalouisie dit : Grand prix des états unis, course à 6 voitures, bravo Michelin c'était super c'est vrai... Michelin est parti car la concurrence était rude et les coûts s'envolaient. Mais en France ils ont dit autre chose, pas perdre la face, cocorico oblige...

jeudi 22 novembre 2018 à 22:16 Jolasoie dit : C était bien mieux avec deux marques de pneus et avec de la bonne gomme, Michelin est parti parsqu il non pas réussi a imposer les pneus tailles basses, et 18 pouces leur demande, qui était trop compliqué pour tout les pilotes, car les pneus n auraient plus jouer leur rôle d amortisseurs en taille basse, et surtout trop de risques sur les chicanes, par contre il y aurait u plus d adérance dans les virages

jeudi 22 novembre 2018 à 18:37 @CarCircus dit : Mémoire de pigeon, ce n'était pas mieux avant. Sans compter des coûts qui explosent, tu seras le premier à se plaindre d'une F1 du fric.

jeudi 22 novembre 2018 à 11:59 CarCircus dit : La politique du seul manufacturier est en soit mauvaise, la concurrence est le vrai moteur de développement, avant avec deux c'était mieux.