F1 - L'arrestation de Ghosn n'affecte pas Renault

F1 - L'arrestation de Carlos Ghosn n'affecte pas l'équipe Renault

Cyril Abiteboul assure que l'arrestation de Carlos Ghosn, le PDG de Renault, n'a pas d'influence sur le fonctionnement de l'équipe.

L'arrestation de Carlos Ghosn au Japon va-t-elle avoir une influence sur le programme de Renault en Formule 1 ? La semaine dernière, le patron de l'Alliance Renault-Nissan-Mitshubishi a été arrêté et placé en garde à vue au Japon. Il fait l'objet de soupçons de fraude fiscale. Nissan a démis Ghosn de ses fonctions et Renault a nommé Thierry Bolloré, jusque là N°2 du constructeur, Directeur Général délégué à titre provisoire. L'équipe de F1 ne devrait pas être affectée par ces changements.

« Nous n'avons aucune information sur de potentielles conséquences, » a expliqué Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport Racing, dans la conférence de presse de la FIA à Yas Marina. « Nous ne voyons pas de raisons pour lesquelles il y aurait plus de conséquences sur ce programme que sur le reste. »

« Pour le moment : continuité, concentration sur ce que nous avons à faire (...) puis concentration sur la deuxième phase de notre projet en Formule 1, et c'est le succès qui comptera, la réussite ou le manque de réussite, c'est cet élément qui compte. »

Ghosn n'a pas pris les décisions seul

Les décisions des constructeurs de s'impliquer en Formule 1 sont souvent liées à une volonté de leurs dirigeants. Carlos Ghosn a été l'un des artisans du retour de Renault comme constructeur, mais Cyril Abiteboul rappelle que ce projet concerne l'intégralité de la marque.

« Carlos Ghosn a joué un rôle clé dans la décision de revenir fin 2015, mais ce n'était évidemment pas la décision d'un seul homme, » a expliqué Cyril Abiteboul. « Le comité exécutif et le conseil d'administration ont fait de longues analyses, et c'était une décision d'entreprise. »

« Nous sommes en Formule 1 depuis plus de 40 ans. Nous sommes à mi-chemin d'un projet à long terme, sur six ans. Six années pour construire l'équipe, six années pour menacer (les leaders). Nous nous concentrons sur ça actuellement. »

« Il y a une continuité de toutes les opérations avec Thierry Bolloré, qui n'est pas étranger au monde de la Formule 1, puisqu'il est directeur du conseil d'administration de l'équipe depuis 2016, donc nous devons évidemment nous concentrer sur ça et soutenir Renault dans cette continuité. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez