Publié le 04/12/2018 à 10:16

FE - La Formule E explique son mode attaque

FE - La Formule E détaille son mode attaque

La Formule E a détaillé la façon dont le mode attaque sera utilisé durant la saison 2019-2020. Le championnat veut innover.

La Formule E fait sa révolution pour sa cinquième saison. Une nouvelle monoplace, la Gen2, est lancée. La physionomie des courses va évoluer puisqu'il n'y aura plus de changement de voiture à mi-course, grâce à une batterie qui passe de 28kWh à 54kWh. Le championnat avait déjà annoncé la création d'un « mode attaque », avec pour but de donner un nouvel élément stratégique aux pilotes.

A chaque E-Prix, les pilotes pourront bénéficier de ce mode, qui fera passer la puissance de 200kW à 225kW, en passant dans une zone précise du circuit. La durée du mode attaque et le nombre d'activations dépendront du tracé. La Formule E a donné des détails sur ce dispositif.

Le pilote devra passer dans une zone définie et différents capteurs permettront de ne lui donner la puissance supplémentaire à partir de ce moment.

A la télévision, la zone du mode attaque sera visible avec des animations en réalité virtuelle, qui permettront de la distinguer clairement. La F1 utilise déjà cette technologie... pour ajouter des panneaux publicitaires virtuels.

Des LED seront également présentes dans le halo de la voiture. Lorsqu'elles seront bleues, le mode attaque sera activé. Lorsqu'elles seront magenta, c'est le FanBoost qui sera activé. Le règlement du FanBoost ne change pas : ce surplus de puissance, offrant entre 40kW et 50kW de plus qu'en mode normal, est réservé à trois pilotes, désignés sur les réseaux sociaux, pendant cinq secondes.

La Formule E veut innover

Pour la Formule E, ce mode attaque, similaire à ce qui peut exister des jeux vidéos comme Mario Kart, est une innovation majeure dans le monde du sport automobile.

« La Formule E est déjà sortie du moule en étant la première à adopter l'électrique, il est évident que nous n'avons pas peur du changement, » souligne Alejandro Agag, le patron du championnat. « Que ce soit avec des innovations en piste, des changements dans le format des courses, ou la création de nouveaux moyens de suivre le championnat, ou d'interagir avec lui. »

Jean Eric Vergne, titré la saison dernière, est impatient de tester le mode attaque en conditions réelles : « Pour avoir été dans le championnat presque depuis ses débuts, j'ai vu les innovations apportées par la Formule E, pas seulement dans les performances, mais aussi avec de nouvelles idées qui favorisent des courses disputées, comme le mode attaque, » explique-t-il. « Les pilotes veulent se battre en piste, et c'est aussi ce que veulent les supporters. »

« Nous avons eu une idée du mode attaque dans les essais de Valencia, mais les simulations ont du mal à dire ce que cela va donner en course. Je pense que nous sommes tous curieux de le découvrir et il n'y a plus longtemps à attendre avant d'aller à Ad Diriyah. »

« Je pense que la principale question autour du mode attaque sera de savoir quand l'utiliser, et quand économiser de l'énergie, par rapport aux autres pilotes. Il faudra prendre les bonnes décisions et cela va mener à des résultats imprévisibles. »

La gestion de l'énergie aura toujours un rôle important. Chaque course aura une durée de 45 minutes + un tour, ce qui obligera à bien anticiper le nombre de tours à faire.

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez