F1 - Ecclestone ne croit pas à Miami et Londres

F1 - Bernie Ecclestone ne croit pas aux projets à Miami et Londres

Bernie Ecclestone ne pense pas que la F1 arrivera à mettre en place des Grands Prix à Miami et à Londres. Il s'interroge aussi sur le choix du Viêt Nam.

Liberty Media, détenteur des droits commerciaux de la F1, a affiché sa volonté d'avoir des courses dans de grandes villes. Le projet à Miami semblait sur le point de se concrétiser mais il est désormais plus incertain. L'idée d'une course dans les rues de Londres séduit la F1 est encore très loin de se concrétiser. Bernie Ecclestone, en charge de l'aspect commercial du championnat avant l'arrivée de Liberty, ne pense pas que ces destinations rejoindront le calendrier.

« J’ai discuté avec Miami il y a longtemps, » a précisé l’Anglais à SpeedWeek. « Cela ne se fera jamais. Il faut être prudent avec les circuits urbains. Monaco et Bakou sont de vrais circuits urbains. Mais quand il faut créer des routes pour un Grand Prix, ce n’est pas la même chose. Ils voulaient rouler sur une île, passer sur un pont, ce sont des choses très dures à intégrer. »

Il ne croit pas plus au projet à Londres : « Nous y avons pensé il y a plusieurs années. C’est trop compliqué, il y a trop de contraintes. J’avais tout prévu, avec un passage devant Buckingham Palace. Dans les réunions avec les représentants de la municipalité et le maire de Londres, je voulais savoir combien d’argent ils étaient prêts à mettre. Au final, c’était environ trois millions de livres (3,3 millions d’euros). J’ai dit "Je pense que cela couvrira le prix des bouteilles d’eau dans les centaines de réunions que nous aurons". »

Le Viêt Nam est-il un bon choix ?

Bernie Ecclestone juge Liberty Media « trop pressé » dans la création de nouvelles courses. Le premier projet qui s’est concrétisé est celui au Viêt Nam, qui organisera une course à Hanoï à partir de la saison 2020. Bernie Ecclestone avait déjà eu des discussions avec le Viêt Nam, mais il a toujours douté qu'une course dans ce pays serait un succès, tant localement que pour le public international.

« Si on parle de la Formule 1 aux gens qui vivent là bas, ils n’ont aucune idée de ce que c’est, » estime Ecclestone. « Je ne sais pas si un Grand Prix est la bonne chose. Tous les lieux peuvent être bons, du moment où les gens viennent sur la piste ou allument leur téléviseur. Mais combien de personnes savent où la Formule 1 se produit ? Combien sont-ils à s'intéresser à ça ? »

Il avait finalement renoncé à une course au Viêt Nam lorsqu’il était à la tête de la FOM : « Je pense que le championnat du monde avait une bonne présence dans cette région, avec la Malaisie, » rappelle-t-il. « Nous avions aussi Singapour et le Japon. Je pensais qu’une course de plus (dans cette région du monde) agacerait certaines personnes (les autres promoteurs de courses en Asie), donc j’ai préféré éviter. »

Photo de Vincent Lalanne-Sicaud

posté par :
Vincent Lalanne-Sicaud

Réagissez